publicité

Guyane : 765 sites d'orpaillage clandestins détruits en 2018

En 2018, 765 sites clandestins d'orpaillage ont été détruits dans la forêt guyanaise. 500 soldats sont déployés chaque jour sur le terrain pour lutter contre cette exploitation illégale des ressources. 

Site clandestin d'exploitation aurifère, le long du fleuve Maroni © JODY AMIET / AFP
© JODY AMIET / AFP Site clandestin d'exploitation aurifère, le long du fleuve Maroni
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
En 2018, des "renforts interministériels" et des "moyens" accrus et mieux déployés des forces armées de Guyane et de gendarmerie engagées dans la lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane ont permis de détruire "765 sites" clandestins, selon un bilan annuel transmis jeudi par la préfecture de Guyane.


120 kilos de mercure et 5 kilos d'or saisis

Durant douze mois, "26 millions d'euros" de matériels ont été confisqués (en hausse de 81% par rapport à 2017), et "120 kilos de mercure et 5 kilos d'or" saisis. Par ailleurs, 116 étrangers en situation irrégulière ont été interpellés, 6 peines de prison ferme avec maintien en détention prononcées.

Après des années 2016 et 2017 très mauvaises, 2018 sonne la "remobilisation générale" de la lutte contre l'orpaillage, "conformément aux voeux du président de la République", précise le bilan. Emmanuel Macron avait annoncé au début de son mandat "un plan stratégique rénové" - Harpie 2.


500 soldats déployés

L'opération Harpie, menée conjointement par les  forces de gendarmerie et les  forces armées en Guyane pour lutter contre l'orpaillage illégal en Guyane, a été lancée en 2008. "140 militaires supplémentaires" ont occasionnellement prêtés mains fortes dans les rangs des forces armées de Guyane, soit "500 soldats déployés quotidiennement" dans la forêt guyanaise, où sévissent plus de 10.000 orpailleurs clandestins, selon les chiffres officiels établis depuis des années.

La "rationalisation des missions" a permis "d'augmenter le temps de présence en forêt" avec plus de 5.000 patrouilles dans l'année contre 3.300 en 2017. Selon les données de l'association non gouvernementale WWF, "10 à 12 tonnes" d'or illégal sont exfiltrées annuellement de la Guyane et "13 tonnes" de mercure sont relâchées annuellement dans le milieu naturel.


122 sites illégaux d'orpaillage

Le Parc amazonien de Guyane (PAG), parc national de 34.000 km2 qui couvre le grand sud guyanais, est toujours très fortement touché avec "122 sites" illégaux en activité au 3e trimestre 2018.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play