outre-mer
territoire

Guyane : discussions apaisées après les excuses de la ministre des Outre-mer

social
guyane
Ericka Bareigts rencontre les représentants des peuples autochtones. ©jody amiet / AFP
Après deux semaines de conflit social en Guyane, les ministres devraient répondre d'ici samedi aux 400 revendications remis par les collectifs. Ils doivent aussi s'entretenir avec les élus et les représentants des collectifs qui peinent à se mettre d'accord sur les modalités de discussions.
Les "excuses" présentées par la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts ont changé la donne des discussions visant à sortir la Guyane de bientôt deux semaines de conflit social, qui se poursuivaient vendredi à Cayenne dans le calme et l'apaisement. Jeudi, des centaines de personnes avaient bravé une pluie battante pour hurler leur "détermination" face à la préfecture de la Guyane, où Ericka Bareigts et le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl ont reçu leurs représentants.
 

La rencontre avec les peuples autochtones

Vendredi matin, quelques dizaines d'Amérindiens vêtus de rouge, certains portant des habits traditionnels étaient calmement rassemblés devant le bâtiment. Ils sont toutefois ressortis déçus de leur rencontre avec les ministres et attendent des réponses à leurs revendications. Hier, les différents collectifs ont remis au total 400 revendications à Ericka Bareigts et Matthias Fekl qui devraient leur fournir des réponses concrètes par écrit d'ici samedi matin. Viendra ensuite le temps des négociations à partir de ces réponses de l'Etat.
 

Les conditions de la confiance

"Les conditions de la confiance sont là", s'est félicité jeudi soir Matthias Fekl. "Il s'est passé quelque chose de fort", a encore estimé le ministre, en référence aux excuses adressées au peuple guyanais. Mickaël Mansé, un porte-parole des "500 frères contre la délinquance", dont les militants encadrent le mouvement social, a salué "une leçon d'humilité et de bon sens", sur Guyane 1ère. 

Différents entre élus et collectifs

Ce vendredi, les différents collectifs ont rencontré les élus. Les collectifs demandent à ce que cinq de leurs représentants soient présents durant la rencontre qui doit se tenirà 17h (heure locale) entre élus et ministres, pour plus de "transparence", disent-ils.
 
Les collectifs tiennent à garder la tête de la contestation. "Laissez-nous porter ce mouvement jusqu'au bout",a dit une porte-parole d'un collectif de Maripasoula aux élus de Guyane qui eux souhaiteraient participer aux négociations qui devraient s'engager entre les collectifs et les ministres dans les heures qui viennent. Regardez cette rencontre entre élus et collectifs grâce au Facebook Live de Guyane 1ère

Publicité