Guyane : l'usine aurifère d'Auplata reprend son activité

économie
AUPLATA
Prochain site industriel et minier de Dieu Merci en Guyane ©Auplata
L'opérateur minier Auplata a indiqué lundi reprendre son activité d'extraction d'or dans la mine "Dieu merci" en Guyane. Elle est à l'arrêt depuis septembre 2021 en raison d'un bras de fer avec des associations environnementales, après avoir obtenu un feu vert des services de l'État.

"Nous avons décidé de déposer un nouveau dossier de demande d'autorisation, une procédure pour laquelle nous disposons d'un délai de 12 mois et, dans ce cadre, nous avons répondu aux exigences techniques de la direction générale des territoires et de la mer, les services techniques de la préfecture" permettant une reprise de l'activité immédiate, a déclaré à l'AFP Guillaume Leclerc, directeur pour la Guyane d'Auplata lors d'un bref entretien téléphonique.

Des cuves de cyanures pour extraire l'or

"Nous avons obtenu la levée des conditions suspensives" émises lors de l'arrêt d'activité, a-t-il ajouté. L'entreprise qui emploie 82 salariés est en train de faire revenir tout son personnel, après un arrêt d'activité de plus de 4 mois. Depuis le 30 septembre, le site ne bénéficiait plus d'autorisation d'exploiter après que le tribunal administratif de Guyane, saisi par les associations Guyane Nature Environnement et France Nature, a estimé que l'arrêté préfectoral qui actait son existence était caduc.

L'usine implantée à Saint-Elie est depuis plusieurs années vivement critiquée par les militants écologistes en raison de son utilisation de cuves de cyanure pour extraire l'or, un procédé permettant d'obtenir un meilleur rendement que l'extraction traditionnelle par gravimétrie.

"Nous rejetons des boues avec une faible quantité de cyanure dans des bassins de décantation, selon une technique minière utilisée au Canada, aux Etats-Unis, ou en Afrique du sud suivant des normes internationalement reconnues" a dit M. Leclerc à l'AFP. "Nous n'avons jamais rejeté dans la nature quoi que ce soit qui ne soit pas autorisé" a-t-il affirmé, "la faible quantité de cyanure se dégrade naturellement dans l'environnement avec les pluies et les intempéries", a-t-il ajouté.

L'usine d'Auplata, calibrée pour une production mensuelle de 25 à 30 kilos d'or par mois, n'a véritablement fonctionné que depuis janvier 2021 après un démarrage et des tests menés en 2020 pendant la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19.

La première autorisation préfectorale de mise en production avait été obtenue le 22 novembre 2019. Auplata, est le premier producteur d'or français coté en bourse. Il dispose de 700 km² de permis et titre miniers en Guyane.