outre-mer
territoire

Handball : les Bleues prêtes à défendre leur titre mondial

handball
Handball
En haut de gauche à droite : Orlane Kanor, Béatrice Edwige, Océane Sercien-Ugolin. En bas : Méline Nocandy et Allison Pineau. ©FFHandball / S. Pillaud et J. Schlosser
Les championnats du monde de handball commencent ce samedi 30 novembre à Kumamoto dans le sud du Japon. Dans l'équipe de France, cinq ultramarines sont de l’aventure pour tenter de conserver le titre de championnes du monde acquis il y a deux ans.
 
Championnes du monde il y a deux ans en Allemagne, puis championnes d'Europe l'an passé à Paris, les Françaises ont un palmarès à défendre, alors que s'ouvre ce samedi au Japon le mondial de handball. L’équipe peut compter sur l’expérience de trois cadres ultramarines - les indispensable Allison Pineau, Béatrice Edwige et Orlane Kanor – ainsi que sur la fraîcheur et l’énergie d’Océane Sercien-Ugolin et de Méline Nocandy.  

 

Béatrice Edwige surmotivée

Le tournoi débute pour les Bleues par un match abordable contre la Corée du Sud ce samedi 30 novembre à 10h (heure française) à Kumamoto, ville du sud de l'archipel japonais, où se tient l'ensemble de la compétition. Dans le groupe B, les tricolores affronteront également au tour préliminaire le Brésil (dimanche 1er décembre à 7h), l’Australie (mardi 3 décembre à 11h), l’Allemagne (mercredi 4 décembre à 11h) et le Danemark (vendredi 6 décembre à 12h30).
La priorité, ce sont les Jeux Olympiques de Tokyo l’an prochain. Mais les Françaises – Béatrice Edwige en tête - n'ont pas l'intention d'escamoter ce Mondial. "On n'a pas quitté nos proches depuis le 17 novembre pour venir en vacances au Japon", assure la Guyanaise à l'AFP, résumant l'état d'esprit d'une équipe dont la motivation ne fait aucun doute. La preuve : aucune joueuse n'a saisi la possibilité offerte par le sélectionneur Olivier Krumbholz de faire l'impasse pour s'économiser en vue des Jeux.
Reste un fait : à l'exception de la Norvège en 2011 et 2012, aucune nation n'a été championne olympique en ayant remporté le Mondial précédent, rappelle l'AFP. Et on constate la même difficulté chez les hommes : personne n'a touché l'or aux Jeux après avoir gagné la grande compétition précédente (l'Euro en l'occurrence).
 
Publicité