Handball : le Martiniquais Cédric Sorhaindo n'est plus capitaine des bleus

handball
Cedric Sorhaindo
©J Schlosser
Guillaume Gille l’entraineur des bleus l’a annoncé : Cédric Sorhaindo cède le brassard de capitaine à Michael Guigou et se met à disposition de l’équipe de France. Cette mise en réserve sonne presque l’arrêt de la carrière internationale du Martiniquais. Interview.

 
Outremer la 1ère : Cédric, ce retrait, cette mise en réserve est-elle la fin de ta carrière chez les bleus ?
Non pas du tout. Que les choses soient claires Je me mets en retrait, je ne serai appelé qu’en cas de blessure, je me mets d’ores et déjà à disposition de l’équipe, mais je ne prends pas ma retraite internationale. Seulement Il y a une relève qui est déjà présente, une certaine forme de concurrence aussi avec trois pivots déjà en place (ndlr : Fabregas, Tournat et Luka Karabatic) qui sont parmi les meilleurs du monde. On en a longuement parlé avec Guillaume par rapport à la génération qui arrive mais forcément je mets dans une idée progressive de quitter les bleus

Qu’est ce qui a provoqué cette décision de ta part ?
Je me suis posé la question dès Janvier, après franchement j’avais ça dans la tête, Guillaume m’a annoncé les changements qu’il avait opéré au sein de l’équipe. En mars dernier, j’avais eu une première discussion avec le coach qui m’avait dit : "je compte sur toi pour le TQO (tournoi de qualification olympique, rappelons que l’équipe de France n’a toujours pas son billet pour Tokyo) mais pour les J.O., ce sera compliqué ". Avec la Covid-19, la situation a évolué, ce que je comprends tout à fait. Aujourd’hui, je me mets en retrait mais je resterai au service de l’équipe de France pour accompagner le groupe, avec les valeurs qui m’ont animé toutes ces années. Je souhaite qu’elles perdurent au sein de l’équipe de France.
 
Cedric Sorhaindo
L'accolade entre les deux capitaines à la maison du handball ©FFHB

Est-ce que ton corps ou ta tête ont dit stop à un moment ?
Si je sentais que mon corps et ma tête ne pourraient pas suivre je ne resterai pas à la disposition de l’équipe, par rapport aux trois dernières années, je n’ai pas forcément pris du plaisir Par rapport au passé, l’ambiance a changé aussi, il y a des choses qui se sont passées aussi. Au regard de tous les bons moments vécus ensemble, si j’ai un message à faire passer, ce serait intéressant d’enterrer les cadavres avec moi car cela permettra d’avancer afin de se centrer sur l’essentiel, et se projeter sur un nouveau projet ambitieux de renouvellement, pour redorer l’image du handball français

Tu continues avec Barcelone ?
Je continue en club avec Barcelone, j’ai signé pour une saison supplémentaire, je ne remets pas ma carrière en cause, je continue en club, je serai toujours content d’être appelé en équipe de France, on verra. Mais je n’ai pas pris ma retraite. Je commence à penser à l’avenir après la saison prochaine, en Juin 2021

Mais ce geste de ta part, d’une grande élégance, c’est déjà un signe envoyé qui est très fort pour les générations suivantes, mais aussi pour tous tes supporters ?
Forcement c’est un geste fort, j’ai un nouveau rôle, j’ai toujours aimé ce que j’ai toujours été avec les bleus. Au-delà des titres et des souvenirs, c’est aussi une histoire d’hommes qui m’a permis de m’anticiper et de grandir. Les échanges avec tous les nouveaux venus que j’ai accueillis, m’ont enrichi. Ce fut un apprentissage réciproque : je les remercie aussi pour cela.

Maintenant je vais avoir un regard avec plus de recul aussi. Guillaume n’a pas eu besoin de le demander, il sait que j’ai ce rôle naturel envers les gamins. Si je ne vais pas à Tokyo, je resterai le premier supporter de l’équipe de France comme je l’ai toujours été. C’est un honneur d’être en équipe de France. J’ai envie de conserver de beaux souvenirs. Nous sommes des privilégiés d’être là après avoir vécu tant d’aventures. Le temps passe vite, alors j’encourage mes coéquipiers à profiter énormément de chaque instant en équipe de France.
Mais je le répète, ce n’est pas la fin de ma carrière en bleu, que les choses soient claires.
 
Cedric Sorhaindo
Les deux hommes lors du dernier match en bleu ©J Schlosser

Réaction de Mickael GUIGOU, nouveau capitaine de l’équipe de France
Cédric a été un bon capitaine dans une période pas forcément simple mais au cours de laquelle nous sommes allés chercher deux belles médailles et vécu de bons moments. Il a été un capitaine au plus proche de ses joueurs, quitte parfois à s’effacer et à prendre sur lui pour le bien de l’équipe. Il faut le remercier pour son engagement. Il a été un acteur majeur pendant cette période, il l’est encore aujourd’hui et il le sera pour la suite afin de servir l’équipe de France, d’une façon ou d’autre. Tchouf (le surnom de Cédric Sorhaindo)  s’est aussi inscrit dans la lignée et la continuité des précédents capitaines pour porter les valeurs du handball. J’essaierai de continuer en ce sens.

Réaction de Guillaume Gilles, entraîneur de l’équipe de France
C’était important pour moi d’avoir cette image-là et ce lien-là car ce que représentent ces deux messieurs, c’est l’histoire de l’équipe de France depuis quasiment 20 ans. Cet esprit équipe de France que ces deux garçons incarnent est donc à mettre en valeur. C’est la position validée par Cédric qui se met en retrait du projet sportif, tout en restant au soutien de l’équipe, si besoin. L’objectif est de créer un nouvel élan et de transmettre le flambeau pour les prochaines séquences.