De l’Hexagone à l’Océan Indien : Amarula Café Club, un cocktail de musiques métissées à écouter sans modération

musique
Yann, Vincent, Arnaud et Axel : les quatre musiciens d'Amarula Café Club
Yann, Vincent, Arnaud et Axel : les quatre musiciens d'Amarula Café Club ©Marge Vigneau
Madagascar, La Réunion, l'Hexagone : voilà une partie de la recette - secrète ! - du cocktail afro-pop d'Amarula Café Club. Le chanteur est d'origine malgache, le claviériste réunionnais. Les quatre musiciens, qui ont sorti leur 2e EP pendant le confinement, ont hâte de remonter sur scène.


 
Ils sont ravis. Les quatre musiciens viennent d’enregistrer leur première émission de radio. France inter. “On a été prévenus la semaine dernière, du coup, c’était la surprise”, raconte Yann, le claviériste d’Amarula Café Club. “C’est vrai qu’on espérait atteindre une petite radio à un moment, mais là, c’est une grosse radio donc ça fait bien plaisir.” “Ça nous fait rebondir un petit peu, ça nous remet la tête dans le projet” ajoute Arnaud, le chanteur et compositeur du groupe.

L’émission? Le Mag de l’été du week-end. Emilie Blon-Metzinger, la productrice, est sous le charme : “j’ai été absolument séduite par le mélange qu’ils arrivent à créer avec leur musique, sans savoir le définir exactement. Je les trouve lumineux, dynamiques, et le bon indice c’est que quand j’ai découvert leur EP, je l’ai écouté en boucle.”
 

Depuis, les concerts peinent à reprendre, pour cause de Covid. Mais une bonne nouvelle est enfin arrivée, mi-septembre : le groupe fait partie de la sélection 2020 du MaMa festival. Une bouffée d'air frais, même si cette année, le festival parisien reste fermé au public, en raison de la crise sanitaire. "On aurait adoré partager ça avec vous, mais ce n'est que partie remise, écrit le groupe sur sa page facebook. "On espère vous revoir vite vraiment, les concerts - avec vous - nous manquent."
 

Madagascar et La Réunion en filigrane

Amarula Café Club, c’est un cocktail. Un cocktail de musiques métissées. “Nous, on s’y réfère comme à de l’afro pop, c’est le thème le plus transversal qu’on ait trouvé”, explique Arnaud. 

Originaire de Madagascar, il fait naviguer le groupe entre ici et l’Océan Indien, écrivant même certaines chansons en malgache. Ce lien entre deux cultures, il le partage avec Yann, Réunionnais de l’Hexagone. 
Ce dernier a été bercé, plus jeune, par la musique traditionnelle de La Réunion : "mon père était bassiste dans un groupe de séga et j’ai souvent été amené à aller le voir en concert ou en répétition. Ça m’a forcément influencé dans mes goûts et je pense que ça m’a donné envie de faire de la musique.”

“En fait nos parents viennent de la même zone géographique, explique Arnaud, et effectivement il y a des traits qui se retrouvent d’une culture à l’autre. Là où on est très similaires, c’est dans le fait qu’on baigne dans cette culture-là et dans la culture occidentale, française quoi. Finalement, on est très proche dans le lien qu’on entretient avec ces deux cultures.”

► Découvrez le portrait de Yann Payet, clavieriste du groupe : 

En fait, si “l’Océan Indien est présent’, c’est “presque plus en filigrane et pas forcément de manière consciente", précise Arnaud. “À l’origine du projet, les musiques qui m’ont influencé ne viennent pas forcément de là-bas, mais sont relativement occidentales. Ce sont des artistes comme M.I.A ou Santigold, des artistes qui faisaient déjà de la musique métissée à leur manière.”

Du coup, la musique d’Amarula Café Club, “c’est un grand melting pot, pas seulement d’origines, mais aussi d’univers musicaux.”
 

Chacun a son univers musical de prédilection et on essaie de faire cohabiter toutes ces influences au travers d’un même projet. Musique métissée, je pense que ça nous va bien.

Arnaud, chanteur d'Amarula Café Club

 

                                    ♦♦♦♦ 

 

 ►Amarula Café Club : pourquoi ce nom?


L’amarula est une liqueur répandue en Afrique australe. Arnaud raconte : “Quand je suis retourné à Madagascar pour mes 15-16 ans, le premier truc dont je me souviens vraiment, c’est d’avoir bu un fond de liqueur d’Amarula et ça m’avait marqué! Café parce qu’on avait un projet avant avec Axel et qu’on se voyait souvent à l’heure du café! Et aussi pour le côté *chill* de la musique, late back… Club enfin pour l’aspect boom boom de la musique parfois et le côté *on forme une équipe*, un club quoi!”  

                                   
                                     ♦♦♦♦ 

 

Quatre compères du Val-de-Marne

Amarula Café Club, c’est un groupe mais aussi une bande de potes. Les quatre “compères” s’appellent Arnaud, Axel, Vincent et Yann. Les trois premiers sont copains de lycée. Vincent a rencontré un peu plus tard Yann, en fac de musicologie. 
 

À la base, Arnaud avait un projet de musique avec Axel. Axel a ramené Vincent, et Vincent a ramené Yann. Amarula Café Club, c’est l’histoire de quatre gars du 94 et du 93 qui ont l’habitude de se retrouver sur les bords de Marne, entre copains. Une histoire de potes, mais pas seulement :“Même si au départ on s’est retrouvés comme des copains, on était partis dans l’idée de faire quelque chose de serieux”, explique Vincent . “On bossait la scène, on se faisait plaisir, nos amis venaient voir les répets, c’était toujours bonne ambiance… Mais quand on a vraiment commencé à faire des concerts, à rentrer dans quelque chose de plus professionnel, alors oui, on a assumé ce truc-là et on y est allés vraiment à fond tous les quatre.”
 

Deuxième EP pendant le confinement

Pour la musique, les compères se retrouvent à Nogent-Le-Perreux, dans l’ancienne chambre froide d’une boucherie transformée en salle de répétition.
C’est là qu’ils ont composé leur deuxième EP, Volume II, sorti en plein confinement. “Un EP un peu plus mature et introspectif que le premier”. Avec un titre phare, Od’e, qui résonnera d’un écho particulier pendant toute la période. En malgache, le mot signifie :  "Quelqu’un est là ?"."C’est l’expression que tu utilises quand tu toques chez quelqu’un”, nous explique Arnaud.
Dans  la chanson, il est question de solitude et d’isolement, “du mood dans lequel on peut être quand on s’isole". 
“En vrai, on n’a pas fait ce titre exprès pour le confinement”
, raconte Axel. Mais Arnaud le reconnaît : “ça a pu servir de BO pour certaines personnes”. Et Axel de rigoler : “même pour moi! Quand tu es tout seul, tu sens que le morceau résonne d’une certaine manière!”
 

Pop polyglotte pimpée au créole réunionnais ?

Les musiciens attendent avec impatience la reprise des concerts. Leur release party à La Boule noire, initialement prévue sur Paris en mai, a été annulée pour cause de confinement. Du coup, ils ont eu le temps de réfléchir, de se projeter… 

Y'a une semaine, on était le 9 mai 📆 Et le 9 mai, on devait retourner la Boule Noire avec vous, lors d'une release party...

Publiée par Amarula Café Club sur Samedi 16 mai 2020

Parmi leurs objectifs, celui de “toucher le plus de personnes possible”, “de ne pas s'enfermer quelque part."
Alors, après l'anglais et le malgache, pourquoi ne pas se lancer un nouveau défi et écrire une chanson en créole réunionnais? 
“Moi, je suis chaud, faut se lancer dans le truc” , s’emballe Yann. 
-  Arnaud réfléchit : “Ok… mais tu parles créole réunionnais?"
- “Un peu… je peux le parler … c’est à voir.”
- “Ok, et bien oui, c’est à voir. (Sourires) On a vu entre nous.” 
- Et Vincent de conclure : "toutes les langues, c’est possible!  Si ça rentre dans la musicalité, on y va!"
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live