publicité

Inégalités et discriminations à l'encontre des ultramarins : les pistes d'un rapport à l'Assemblée

Face aux inégalités et discriminations que subissent les Ultramarins, un rapport d'information parlementaire rendu public ce jeudi, préconisant de mieux "enseigner l'Outre-mer à l'école" et de développer le "testing".

© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
Les ultramarins "continuent de subir inégalités et discriminations", constate un rapport d'information parlementaire rendu public jeudi, préconisant de mieux "enseigner l'Outre-mer à l'école" et de développer le "testing".

Le rapport a été présenté devant la délégation Outre-mer de l'Assemblée nationale, quelques jours après des propos injurieux de Brigitte Bardot à l'égard des Réunionnais. La militante de la cause animale a affirmé que "les autochtones ont gardé leurs gênes (sic) de sauvages", accusant les Réunionnais de "barbarie" à l'encontre des animaux.
 

Éducation, santé

"L'égalité réelle" entre les Outre-mer et la métropole "est loin d'être achevée dans de nombreux domaines tant socio-économiques, qu'éducatifs ou sanitaires", notent les rapporteures, les députées Josette Manin (apparentée PS), Maud Petit (MoDem) et Cécile Rilhac (LREM), malgré la loi Egalité réelle outre-mer de février 2017. "Nombre d'inégalités persistent, tant dans l'accès au droit, à l'éducation, à la santé et l'écart socio-économique", notent-elles.
 

Discriminations dans la vie quotidienne

Ainsi les Outre-mer, "confrontés à l'isolement par rapport à l'Hexagone, à l'exiguïté de leurs marchés domestiques, à un niveau de qualification de la population active moindre, doivent faire face à une situation économique et sociale particulièrement préoccupante", ajoutent-elles, avec "un taux de chômage autour de 20% (26% à Mayotte)" et "25% de la population
sous le seuil de pauvreté (le double de la métropole)", et même 84% à Mayotte.

"Les ultramarins demeurent confrontés à des discriminations dans leur vie quotidienne", relèvent-elles, citant par exemple les difficultés d'accès aux services bancaires pour les ultramarins qui viennent résider en métropole ou "l'exigence d'une caution supérieure au montant légal lorsque les locataires sont originaires de territoires ultramarins".
 

L'Histoire des Outre-mer doit être mieux connue

"Le sentiment d'appartenance à une Nation se construit par l'appropriation d'une mémoire commune. C'est pourquoi, l'Histoire des Outre-mer doit être mieux connue, à la fois dans les territoires concernés mais aussi en Hexagone", estiment les députées, et "la question douloureuse de l'esclavage doit faire l'objet d'un traitement particulier".
 

Un "testing"

Parmi les 44 mesures qu'elles préconisent, les rapporteures suggèrent "d'inclure des modules dans les programmes scolaires nationaux" et que "ces questions soient inscrites aux concours nationaux".

Elles soutiennent aussi le projet d'une Cité des Outre-mer et proposent qu'elle soit "hébergée dans un musée préexistant comme le Quai Branly ou le musée de l'Homme". Le rapport préconise aussi de développer davantage "la pratique des tests de situation (ou +testing+) à l'instar des pays anglo-saxons". Le "testing" désigne un processus destiné à déceler un comportement discriminatoire.

Les rapporteures recommandent également "que le contrat d'objectifs et de moyens de France Télévision comprenne un objectif chiffré de diffusion de programmes ayant trait à l'Outre-mer à des heures de grande écoute", et elle "s'interrogent sur un dispositif de quota qui s'appliquerait à toutes les chaînes audiovisuelles".
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play