Inondations en Polynésie: jusqu'à 3 millions d'euros d'indemnisation, selon Ericka Bareigts

tahiti
Ericka Bareigts
©Polynésie 1ère
Les indemnisations des Polynésiens après les inondations du 22 janvier pourraient atteindre 3 millions d'euros, a estimé lundi à Papeete (mardi à Paris) la ministre des outre-mer Ericka Bareigts. Cette estimation sera affinée une fois tous les dossiers de demande d'indemnisation auront été déposés.
Les indemnisations des Polynésiens après les inondations du 22 janvier pourraient atteindre trois millions d'euros, a estimé lundi à Papeete (mardi à Paris) la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts. Cette estimation sera affinée une fois que tous les dossiers de demande d'indemnisation auront été déposés, a indiqué la ministre. Un fonds de secours d'urgence de 300.000 euros avait aussi été débloqué après les intempéries, qui ont inondé ou détruit plus de 800 habitations en janvier.

Inondations en Polynésie le 22 janvier 2017 à Punaauia
Inondations en Polynésie le 22 janvier 2017 à Punaauia ©Gregory BOISSY / AFP

 

Mort d'un employé communal

L'arrivée de Mme Bareigts en Polynésie française vendredi a coïncidé avec de nouvelles inondations, lors desquelles un employé communal est mort, entraîné par les eaux
dans une conduite d'évacuation. Au plan social, la ministre des Outre-mer a assuré que l'Etat était prêt à débloquer trois millions d'euros pour financer le Régime de Solidarité en Polynésie Française (RSPF), une caisse d'assurance maladie en déficit chronique. Ericka Bareigts a toutefois conditionné cette aide à une réforme de ce régime par la Polynésie française, avec l'aide de l'IGAS (Inspection générale des Affaires sociales).

 

faa'a inondation
Inondation à Faa'a ce samedi 18 février 2017. (Image d'archives) ©Facebook Noons Tane


Engagements de François Hollande

Ericka Bareigts a également assuré que les engagements pris un an plus tôt par François Hollande à Papeete seraient tenus, notamment ceux liés à la reconnaissance par la France de l'impact des essais nucléaires en Polynésie. Ericka Bareigts va ainsi "débloquer 1,9 millions d'euros en mars ou avril pour le service oncologie de l'hôpital", et fournir du personnel.

hollande
François Hollande en visite au marae Taputapuatea à Raiatea, lundi 21 février ©Suliane Favennec

 

Projet de centre culturel au point mort

Un projet de centre culturel et de mémoire, également promis par François Hollande, a en revanche peu avancé. Mais Ericka Bareigts assure "tout mettre en oeuvre pour
que la parole donnée soit respectée". Elle rappelle aussi que l'Etat soutient plusieurs projets de classement UNESCO du patrimoine culturel polynésien.


Violences conjugales trois fois plus élevées

Lundi, la ministre a par ailleurs rencontré des femmes réfugiées dans un centre d'accueil après avoir subi des violences conjugales, des violences dont le niveau est "trois fois plus élevé en outre-mer qu'en métropole", regrette-t-elle. Elle a annoncé que le téléphone grand danger (avec une touche préprogrammée pour alerter les forces de l'ordre) serait activé en Polynésie à partir du mois prochain.

Ericka Bareigts : les intempéries au programme
La ministre des Outre-mer a été accueillie par le gouvernement et le conseil municipal de Pirae. ©aiata tarahu/pol1ère

 

 

Nouveau centre pénitenciaire de Papeari

Un autre ministre est attendu en Polynésie française le 16 mars: le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas devrait inaugurer le centre pénitentiaire de Papeari, pour désengorger celui de Nuutania, l'un des plus vétustes et surpeuplés de la République.

Jean-Jacques Urvoas
Jean-Jacques Urvoas ©Eric Walter / Wikimedia commons

 


Les Outre-mer en continu
Accéder au live