Jamii, un jeu de société dédié aux cultures générales noires à travers le monde

jeux
Evingel
Evingel, créatrice du jeu JAMII. ©Alex Léveillé
Evingel, véritable couteau suisse de la création, vient de lancer le premier jeu de société dédié aux cultures générales noires à travers le monde, Jamii. Rencontre avec cette touche-à-tout.
Evingel, née en Belgique d’une mère guyanaise, martiniquaise et guadeloupéenne, se considère comme une enfant du monde. Un mix angélique et démoniaque (Evingel étant la contraction d’Evil et d’Angel), une touche à tout surprenante dont les projets éclectiques sont à son image.
Véritable couteau suisse, à la fois dans la cuisine, dans la photo, le graphisme, écrivaine, organisatrice d’événements, créatrice de bijoux…elle a depuis plus d’un mois, réalisé son dernier projet : JAMII.
 

Parcours créatif

Touche à tout, Evingel est une autodidacte. A 17 ans elle fait le choix de quitter l’école. Un choix assumé. Mais il va falloir trouver quelque chose à faire. Après plusieurs petits boulots, elle prend la direction des Etats-Unis d’Amérique, durant plusieurs années.

De retour en France, elle va évoluer dans de nombreuses sphères professionnelles. Graphiste, photographe, elle se lance dans le textile adulte et enfant, élabore des stickers muraux et pense des bijoux. Jamais à court d’idée, elle organise des événements. Initie le concept MOME (mon originalité, mon enfant), site mettant en lumière des parents artistes et leurs progénitures. Connectée, Evingel nous fait partager à travers son blog éponyme son univers, ses astuces et ses passions (cuisine, beauté, séries, high tech…).

En 2015, Evingel écrit un manuel pour apprendre aux garçons à être des bons-hommes, un ouvrage de bonnes manières décalé et fun pour réveiller la galanterie. En 2016, elle lance une Cakerie à Paris. Des gâteaux, composés de recettes aux saveurs novatrices.
 

Transmettre une connaissance universelle

Jamais à court d’idée, Evingel, va laisser exprimer sa créativité. En 2018, à la suite d’un échange avec sa fille de 14 ans, sur l’histoire des peuples noirs, elle cherche un jeu fun, ludique et instructif qui s’adresse à la nouvelle génération, qui parle de ses racines, mais aussi de l’actualité. Elle ne le trouve pas.

Elle fait un constat. Peu de manuels parlent des noirs, autrement que pendant la période esclavagiste. Alors pourquoi ne pas créer ce premier jeu. Euréka ! Elle sait qu’elle n’est pas la seule dans cette dynamique de partage. L’existence d’un tel jeu servirait donc à la transmission d’une connaissance universelle. Elle décide donc de réaliser un jeu éducatif. Des questions réponses, pour tester les connaissances sur les cultures générales noires à travers le monde.

Après un an d’existence, dans un cadre privé, Jamii, le 1er jeu de société sur les cultures générales noires à travers le monde, dédié à tous et pour tous les âges est nés. Un jeu ludique, composé de 500 cartes sur 5 thèmes dont l’histoire-géographie, la musique, le sport, le cinéma et enfin la gastronomie.

En cette période de confinement, Evingel organise des sessions de jeu en live sur Instagram :

Regardez ce reportage Outre-mer la 1ère :
Jamii est un un jeu de société sur les cultures noires à travers le monde.