JO 2021 : les handballeuses françaises championnes olympiques, elles ont "fèmé boutik"!

jeux olympiques
Hand finale JO
Allison Pineau, Beatrice Edwige , Meline Nocandy et Grace Zaadi Deuna. ©CROSNIER Julien / KMSP / KMSP via AFP
Les Bleues se sont imposées face aux Russes en finale du tournoi olympique de handball (25-30). Les Françaises n'ont laissé aucune chance à celles qui leur avaient chipé le titre à Rio en 2016. Coralie Lassource, la capitaine martiniquaise, et ses coéquipières sont championnes olympiques.

Après la deuxième place à Rio en 2016, les Bleues - version 2021 - avaient une revanche à prendre. Les vice-championnes olympiques en titre font face aux championnes olympiques en titre, voilà qui promettait une belle finale à Tokyo. Et qu'elle a été belle! Après la cérémonie officielle, leur breloque autour du cou, Méline Nocandy et Océane Sercien-Ugolin - remplaçante au début du tournoi - n'ont qu'une envie : rentrer aux Antilles pour partager cet exploit. 

On pensait à la Guadeloupe tout à l'heure, on a dit qu'on va ramener la médaille à la maison!

Méline Nocandy


Les Bleues ont pourtant toujours du mal à y croire. "Je n'ai plus rien dans le ventre, je n'ai rien mangé tellement je voulais la médaille, poursuit Méline Nocandy, 23 ans. On a été la chercher, c'est incroyable." "Je n'arrive pas à croire qu'on a écrit encore un peu plus l'histoire du handball français et du sport français", complète Allison Pineau qui a une pensée pour les garçons médaillés d'or quelques heures avant elles. Pour la Guadeloupéenne et ses coéquipières, c'est le tout premier sacre. 

A jamais les premières !

Allison Pineau


 

 


"Je ne faisais pas encore du hand quand j'ai vu les JO de 2012 et je me suis dit 'je veux une médaille olympique, je ne sais pas dans quel sport mais je veux une médaille olympique' et voilà!", se rappelle Océane Sercien-Ugolin, internationale depuis 2019, désormais championne olympique. 

Les Bleus ont "fèmé boutik"

Allison Pineau - qui participait à ses troisièmes Jeux olympiques ici à Tokyo - inscrit le premier but de la rencontre, un jet de sept mètres dès la première minute. La Guadeloupéenne, au top de sa forme, a fait un tournoi olympique remarquable. Quelques secondes plus tard, elle manque le deuxième jet accordé aux Bleues. Les Russes se rattrappent et marquent trois fois d'affilée. 3-1 après cinq minutes de jeu.

Dans cette équipe tricolore, cinq joueuses des Antilles-Guyane : la capitaine Coralie Lassources, la taulière Allison Pineau, la maitresse de la défense Béatrice Edwige, ainsi que la relève avec les jeunes Méline Nocandy et Océane Sercien-Ugolin. Et c'est d'ailleurs en créole qu'on les entend se remotiver collectivement à chaque temps mort. "Fèmé boutik, fèmé!", une expression lancée par Méline Nocandy. La Guadeloupéenne la tire de ses années passées à jouer au Zayen LA.


"Mémé, elle a une place à part, c'est l'une des jeunes qui se prend pas la tête, décrit Olivier Krumbholtz, l'entraineur des Bleus. Je pense que c'est aussi l'idée qu'on travaille, mais on se fait plaisir, on s'amuse. Et elles sont assez fortes pour ça. Elles sont capables de couper, d'écouter la musique à fond comme des malades et puis hop, elles coupent, elles travaillent sérieusement. C'est vraiment la victoire du travail cette victoire."

Car le travail a payé. A l'occasion d'un arrêt de jeu après une faute russe, la Guyanaise Béatrice Edwige rejoint Allison Pineau et Coralie Lassource sur le terrain. Nouveau jet de sept mètres, les Françaises reviennent à trois partout. Allison Pineau et Pauletta Foppa enchainent les buts. À cinq minutes de la pause, les Bleues mènent de trois points. Malgré quelques erreurs en première période, Béatrice Edwige, deuxième meilleure contreuse du tournoi, prouve encore qu'elle est la maîtresse de la défense française. En attaque les tricolores sont costauds. À la pause, les Bleues sont devant 13-15.

Tenir jusqu'au bout

Depuis les tribunes, des cris s'élèvent pour soutenir les Françaises. Leurs homologues masculins, qui ont remporté l'or olympique hier, sont là et donnent de la voix. Quand, après 9 minutes de jeu en deuxième période, les Russes reviennent à 16 partout, les handballeurs reprennent leurs chants et leurs claps. Et ça marche ! Un arrêt de Cléopâtre Darleux, plusieurs contres, quatres buts d'affilée et les Françaises s'assurent de nouveau un petit matelas confortable (16-20).

La joie des Bleues sur les dernières secondes du match ©Outre-mer la 1ère


A quinze minutes de la fin, les Bleues ont jusqu'à six buts d'avance (16-22). Méline Nocandy, précieuse à chacune de ses entrées dans ce tournoi, inscrit son premier but lors de cette finale. L'équipe de France contrôle et s'impose (25-30) dans la joie des joueuses tricolores, championnes olympiques pour la première fois de leur histoire.

Quelques instants après le coup de sifflet final, Allison Pineau a encore du mal à réaliser l'exploit accompli par les Bleues. "Il y a tout qui retombe, il y a la pression, la satisfaction d'y être arrivées, explique-t-elle à Outre-mer la 1ère. J'y ai toujours cru depuis le début, je l'ai répété plusieurs fois aux filles, je l'ai dit plusieurs fois, je le sentais au fond de moi (...) C'est un moment fabuleux!"