JO 2021 : Mickael et Bassa Mawem qualifiés pour la finale de l'escalade

jeux olympiques
Mickael Mawem JO
Excellent sur l'épreuve de bloc, Mickael Mawem s'est assuré sa place en finale après la 2e des trois épreuves de qualifications. ©Yoann Cambefort / Marti Media / DPPI via AFP
C'est une première historique! L'escalade a fait ses débuts, mardi 3 août, aux Jeux olympiques. Les grimpeurs français Mickael et Bassa Mawem se sont illustrés, le premier en bloc, le second en vitesse. Blessé lors de la 3e épreuve, Bassa pourrait ne pas accompagner Mickael en finale.

Jusqu'à 17 heures, ils étaient 40 concurrents, 20 femmes et 20 hommes, à briguer les deux premières médailles olympique de l'escalade. Six heures et trois épreuves plus tard, il ne sont plus que huit côté garçons. Les huit premiers grimpeurs à tenter d'atteindre l'Olympe.

Au menu des qualifications ce mardi 3 août 2021, trois épreuves : vitesse, bloc et difficulté. Mickael Mawem a survolé l'épreuve de bloc. Bassa, lui, a fait forte impression en vitesse avant de se blesser lors de la troisième épreuve (difficulté). Respectivement premier et septième du classement général, tous les deux sont qualifiés pour la finale. Mais une incertitude plane sur la suite de l'aventure pour l'aîné, blessé au bras gauche. 

Bassa fait sensation en vitesse

Prodiges de la grimpe, les frères d'origine guyanaise sont les deux représentants de la France aux Jeux olympiques, chez les hommes. Bassa, 36 ans, vit en Nouvelle-Calédonie. Mickaël, 30 ans, dans l'Hexagone. L'aîné, deux fois vainqueur de la Coupe du monde de vitesse, n'a repris la compétition qu'en juin mais visait bel et bien une médaille à Tokyo. Et le plus jeune est champion d’Europe dans sa discipline de prédilection, le bloc, en 2019.

Première épreuve du jour pour les grimpeurs : la vitesse. En un contre un, sur le mur de 15 mètres du parc de sports urbains d'Aomi, Bassa Mawem se classe premier en réalisant le meilleur temps des qualifications (5'45). Il établit ainsi le tout premier record olympique de la discipline. Mickael prend la 3e place (5'95) derrière le Japonais Tomoa Narasaki (5'94).

 

Mickael roi du bloc

Une heure plus tard vient l'épreuve de bloc, la spécialité de Mickael, champion d'Europe de la discipline. Les concurrents – qui découvrent les parcours au dernier moment - ont cinq minutes pour les analyser et en venir à bout. Il faut gravir le plus de blocs avec le moins de chutes possibles.

Et à ce jeu-là, Mickael Mawem, 30 ans, termine en première position. Seul concurrent à réussir les quatre parcours, le grimpeur réalise le meilleur score et chipe la première place du classement à son frère aîné. Même si Bassa ne prend que la 18e place de cette deuxième épreuve, il occupe, alors, le troisième rang du général grâce à sa performance en vitesse.

Blessure de Bassa, triomphe de Mickael

La troisième et dernière épreuve de la journée, la difficulté - qui mêle force et endurance sur un mur de 15 mètres - n'est pas la favorite des deux frères. Dans cette discipline, les grimpeurs ont six minutes pour disséquer le tracé et atteindre le sommet du mur de 15 mètres. S'ils chutent, c'est la hauteur atteinte qui est prise en compte. 

Gros coup dur pour Bassa Mawem qui tombe lors de son deuxième passage et se blesse au bras laissant planer une incertitude sur la suite de son aventure olympique. Mickael termine 11e de cette troisième et dernière épreuve. Bassa, lui, prend la 20e et dernière place.


Mickael, plus jeune des deux frères, termine premier au classement général. Bassa, lui, finit septième, une position qui lui ouvre, aussi, les portes de la finale. Si son biceps lui permet.