JO 2021 : sombre journée pour les escrimeurs guadeloupéens à Tokyo

jeux olympiques
JO escrime
Les trois escrimeurs guadeloupéens ont été éliminés sans médaille du tournoi olympique. ©MOHD RASFAN / AFP
Énorme déception pour les Guadeloupéens aux Jeux Olympiques ce dimanche. L'épéiste Yannick Borel et les fleurettistes Ysaora Thibus et Anita Blaze ont été éliminés du tournoi olympique, alors qu'ils portaient à Tokyo de grands espoirs de médailles. Reste le tournoi par équipe pour Yannick Borel.

La désillusion est grande pour l'escrime française à Tokyo. Trois Guadeloupéens étaient engagés, à l'épée et au fleuret, ce dimanche, et plusieurs espoirs de médailles se sont envolés. À commencer par ceux de Yannick Borel.

La mauvaise surprise de Yannick Borel

Le Guadeloupéen, médaillé d'or par équipes à Rio-2016 et qui visait le titre en individuel à Tokyo, s'est fait surprendre lors de son entrée en lice. 

JO Borel
Mine des mauvais jours pour Yannick Borel qui s'est incliné dès son premier match aux JO de Tokyo. ©Maruki Dury

Champion du monde en 2018 et triple champion d'Europe (2016, 2017, 2018), le Guadeloupéen est tombé d'entrée, éliminé par l'Egyptien Mohamed Elsayed, âgé de 18 ans seulement (15-11). Il portait pourtant sur ses épaules de grands espoirs de médailles en individuel. Il lui reste une chance de briller, par équipe cette fois, avec l'équipe de France d'épée vendredi 30 juillet.

Premiers jeux, première défaite pour Anita Blaze

La journée avait déjà bien mal démarré avec l'élimination d'entrée d'Anita Blaze au fleuret. La Guadeloupéenne de 29 ans a été battue par la Canadienne Jessica Zia Jia Guo (15e mondiale) au terme d'un match à suspense. Score final 15 à 12. Visiblement déçue, l'escrimeuse a quitté la salle du Makuhari Messe Hall de Tokyo sans donner d'interview.

C'est Emeric Clos, son entraineur, qui analyse cette défaite au micro de Maruki Dury de la 1ère : "ce qu'elle a fait à la fin, on avait dit qu’il fallait le faire dès le début. Elle l’a fait sur les premières touches et puis elle a eu un trou. Ce n'était pas long, une minute, c’était suffisant pour être menée 12-6. À la fin, quand elle a commencé à tirer, à faire ce qu’il fallait, elle a mis des touches, elle a été plus forte que l’autre, mais voilà c’est l’escrime, il faut être prêt du début à la fin."

Ysaora Thibus, une victoire et une défaite

Quelques minutes plus tard, les débuts d'Ysaora Thibus ont été difficiles aussi, mais l'autre fleurettiste guadeloupéenne s'est bien battue pour l'emporter lors de son premier match sur Flora Pasztor. Menée 10-12, la Française, numéro 3 mondiale, s'est ressaisie pour vaincre la Hongroise sur le score de 15 à 13, victoire qui lui ouvre les portes des 8e de finale.

"Les premiers matches sont toujours difficiles pour moi, j'ai toujours du mal à y entrer donc je suis contente de m'en être sortie et d'être restée une guerrière jusqu'au bout", a alors expliqué l'escrimeuse de 29 ans.


Son esprit guerrier n'a pas suffi. En 8e de finale, la Guadeloupéenne a de nouveau essuyé un match difficile. Menée de cinq touches (8-13) par la Russe Larisa Korobeynikova, elle parvient à se ressaisir et à remonter à deux touches. Un match compliqué qui se termine par une défaite pour la Française. 

Elle a bien tiré, elle m’a posé des problèmes, j’ai pas su répondre aux problèmes. Je savais ce qu’il fallait faire mais je n’ai pas su le faire. Merci à tous les Gwada qui ont regardé et qui se sont levé tard on aurait voulu vous rendre fier mais ce sera pas pour cette fois mais on reviendra plus forts.

Ysaora Thibus, fleurettiste