La comédienne Maroussia Pourpoint rend "Hommage(s) à la Martinique" au Hall de la Chanson à Paris ce week-end

musique
Maroussia Pourpoint
La comédienne martiniquaise Maroussia Pourpoint ©Jovan Landry
Dans le spectacle "Hommage(s) à la Martinique", qui aura lieu les 25 et 26 juin au Hall de la Chanson à Paris, la comédienne et metteure en scène martiniquaise Maroussia Pourpoint revient sur le parcours de sa grand-mère avec le BUMIDOM et rend un hommage musical au chanteur et flûtiste Eugène Mona, décédé en septembre 1991 à Fort-de-France.

Le spectacle est divisé en deux parties. Le premier, intitulé "La Dame aux chiffons", interprété par l’artiste en solo, est inspiré de l’histoire de Perpétue Jeanne-Marie Pourpoint, la grand-mère de Maroussia Pourpoint, de sa naissance en Martinique jusqu’à son arrivée en France dans les années 60 par l’intermédiaire du Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’Outre-mer (BUMIDOM). Un acronyme de sinistre mémoire pour nombre d’Ultramarins.

"L’idée de base était d’écrire un conte à transmettre à la famille pour que l’on sache ce que c’était que le Bumidom, ce que représentait la traversée, qui était cette femme avant cette traversée", explique Maroussia Pourpoint à Outre-mer La 1ere. "Ma grand-mère a été l’une des premières à prendre le bateau pour venir en France. Elle a enchaîné pleins de petits boulots : gouvernante, agent d’entretien à l’hôpital puis à la mairie de Lyon où elle ramassait des déchets dans les jardins publics. Dans le spectacle je parle la Martinique qu’elle a quittée, puis de son arrivée en France, et ensuite des maladies qu’elle a développées". 

Il faut savoir que la question du Bumidom est encore taboue en Martinique, il y a une espèce de culture du secret 

Maroussia Pourpoint 

La deuxième partie du spectacle est consacrée au chanteur et flûtiste martiniquais Eugène Mona (1943-1991). "Pour moi c’est le Aimé Césaire de la musique", dit Maroussia Pourpoint. "Dans les années soixante-dix, Mona représente un cri identitaire très fort de la Martinique, au moment où elle se vide de sa jeunesse qui va en France. Il revalorise le territoire et en rappelle toutes les richesses, en renouant une chaîne de transmission. Malheureusement on n’en entend pas beaucoup parler en France, d’où mon insistance auprès du Centre National du Patrimoine de la Chanson pour ce projet".

Dans cet hommage à Eugène Mona, élaboré comme une sorte de veillée, Maroussia Pourpoint sera accompagnée par la flûtiste Célia Wa et par Arlet Feuillard à la percussion et au piano, tous deux originaires de Guadeloupe. À noter que le spectacle de Maroussia Pourpoint s’inscrit dans le cadre de la programmation Les îles de France du Hall de la Chanson, dont l’objectif est de valoriser les créations d'artistes ultramarins basés en région parisienne, à travers des répertoires de chansons en créoles et en français.

Dates : samedi 25 juin à 15h et dimanche 26 juin à 19h
Texte, interprétation, chant : Maroussia Pourpoint
Collaboration artistique : Jalil Leclaire
Flûte et chant : Célia Wa
Percussion et piano : Arlet Feuillard
Installation : Cléa Arnulf  

Adresse et réservation
Hall de la Chanson/ Centre National du Patrimoine de la Chanson 
211 avenue Jean Jaurès
75019 Paris
Téléphone : 01.53.72.43.00