outre-mer
territoire

La Flamme de Rio #15: “Après tout ce qu'on a bouffé, on ne va se satisfaire d’une médaille d’argent”

jeux olympiques
handballeuses françaises
La joie des handballeuses françaises après leur victoire contre les Pays Bas et leur qualification en finale ©Eddy Lemaistre
Les handballeuses françaises ont réussi leur pari fou : s'assurer d'une médaille olympique. Plus soudées que jamais, elle se préparent à affronter la Russie en demi-finale. Les braqueuses en revanche n'ont rien pu faire contre les USA et iront chercher le bronze samedi.
Elles sont en finale. Les joueuses de l’équipe de France de handball sont désormais assurée de repartir de Rio avec une médaille olympique autour du cou, d’or ou d’argent. Une première dans l’histoire du handball féminin. Et même si c’était l’objectif avancé, les Françaises elles-même ne semblent pas réaliser leur prouesse à l’issue du match remporté d’un point (24-23) face aux Pays-Bas . “On est des médaillées olympiques, ça doit faire 15 fois que je le répète pendant l’interview”, s’amuse la pivot guyanaise Béatrice Edwige.


#Fierté toujours

En attaque et en défense, on a montré du beau jeu. On était toutes là, je suis très fière de mon équipe “, s’est réjouie la Guadeloupéenne Laurisa Landre en sortant de la rencontre. “Je suis vraiment très très fière de l’équipe, et j’inclus le staff technique”, renchérit Allison Pineau.

Une fierté partagée pour des efforts collectifs, et une émotion non feinte à chaque victoire, comme lorsque Laurisa Landre parle de la relation avec ses coéquipières. “Avec cette équipe on a l’impression qu’on peut tout faire, on peut tout aller chercher. On se donne beaucoup d’émotion et on y va toutes ensemble”.

#Alchimie

Elles jouent ensemble, vivent ensemble pendant trois semaines, et vibrent ensemble. “Entre nous c’est de l’alchimie, décrit Béatrice Edwige. C’est un fil qui part des deux joueuses qui sont en tribunes, qui passe par les coaches, puis par les filles qui sont sur le banc, puis par la gardienne, et qui petit à petit anime chacune des filles sur le terrain. C’est quelque chose qu’on ressent, et que je pense, on dégage aussi. Comme un flux qui s’échapperait de nous, et qui fait notre force, et qui fait que nous nous entendons si bien”.

Ces filles, à qui tout semblent réussir depuis de début des Jeux olympiques aiment à rappeler à quel point elles reviennent de loin. Arrivées à Rio sans palmarès, en position d’outsider, elles ont aussi pu aborder les Jeux sans pression, quand les sélections précédentes, auréolées de titres plus prestigieux ont échoué à Sydney, Pékin ou Londres, la meilleure performance restant une 4e place à Sydney.

#"Samedi? On va jouer au handball"

Samedi, (en finale contre la Russie, ndlr)… on va jouer au handball, annonce sobrement Allison Pineau.  On va s’amuser et profiter du moment. Mais ne vous inquiétez pas, prévient-elle, après tout ce qu’on a bouffé, tout ce qu’on s’est ramassé, faut pas croire qu’on va se satisfaire d’une médaille d’argent

#Bataille pour du bronze

Les braqueuses n’iront pas en finale. Sandrine Gruda , Marielle Amant et les joueuses de l’équipe de France de basket ont échoué ce jeudi face à la Team USA, s’inclinant 86 à 67. Une différence qui s’est joué sur le physique, a estimé Sandrine Gruda, déçue. Les braqueuses sont pourtant loin d’avoir démérité face à la grande favorite du tournoi. Les Françaises vont désormais aller chercher le bronze face à la Serbie  samedi.

#"Comptez sur moi"

Lui non plus n’aura pas droit à sa finale. Le sprinteur guyanais Marvin René a échoué à se qualifier ce jeudi avec l’équipe de France du relais 4x100 mètres. “Ca a raté, mais vous pouvez compter sur moi”, a t-il assuré dans un message adressé à la Guyane.


#Vus à Rio

Ces volontaires du parc olympique qui, après plus de deux semaines de Jeux, gardent la pêche et leur bonne humeur.



Publicité