outre-mer
territoire

La Nouvelle-Calédonie toujours en épidémie de dengue

santé
La Nouvelle-Calédonie toujours en épidémie de dengue
©FERNANDO DA CUNHA / BSIP
La Nouvelle-Calédonie est toujours en situation d'épidémie de dengue en raison de la persistance de la chaleur pendant la saison fraîche et de la suspension des épandanges d'un insecticide, ont indiqué mardi les autorités sanitaires.
"C'est la première fois en Nouvelle-Calédonie que nous avons autant de cas en juillet. La situation est grave parce que cela veut dire que le moustique et le virus s'adaptent à l'environnement", a déclaré à l'AFP Jean-Paul Grangeon, médecin inspecteur à la Dass-NC (direction des affaires sanitaires et sociales de la Nouvelle-Calédonie).
 
 

450 personnes infectées depuis le début de l'année 

Entre le 1er et le 22 juillet, 70 cas de dengue ont été recensés dans l'archipel, en grande majorité à Nouméa. En tout depuis le début de l'année, quelque 450 personnes, dont une trentaine a dû être hospitalisée, ont été infectées. L'archipel a été déclaré en situation d'épidémie de dengue fin mai. "Nous parvenons à contrôler l'épidémie mais pas à l'arrêter", a-t-il également indiqué.

La longue canicule qui a sévi en début d'année, suivie d'épisodes de fortes pluies en mars et avril puis de températures encore élevées actuellement malgré la saison fraîche, expliquent en partie ce contexte. Les autorités sanitaires observent aussi que la suspension des épandanges de malathion en juillet 2015, après le classement de cet insecticide comme cancérogène "probable" par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), a eu un impact négatif sur la lutte antivectorielle.
"Nous n'effectuons plus que des épandages de deltaméthrine, autour du domicile des personnes infectées, mais ils ne sont pas efficaces parce que les moustiques ont développé une résistance à ce produit", a déclaré Florie Cheilan, ingénieure sanitaire. 
 

Une maladie virale transmise par les moustiques qui engendre fièvre et douleurs articulaires 

Par courrier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a cependant indiqué fin juin à la Dass que "le malathion peut de nouveau être utilisé dans la lutte antivectorielle", conformément aux conclusions d'un comité conjoint de l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de l'OMS, rendues en mai. Un certain nombre de précautions d'utilisation ont été arrêtées.

Une réflexion est en cours avec la mairie de Nouméa, en charge des épandanges, sur la reprise de l'utilisation du malathion. La dengue est une maladie virale transmise par les moustiques de l'espèce Aedes aegypti, qui engendre fièvre et douleurs articulaires et qui peut être mortelle, si elle prend une forme hémorragique. L'OMS estime à 50 millions le nombre de cas annuels, dont 500 000 de dengue hémorragique, létaux dans plus de 20 % des cas.