La planète tennis revient à Monte-Carlo, décale Roland-Garros et attend toujours l'Antillais Monfils

océan atlantique
Tennis Rolex Monte-Carlo Masters
©TRMCM.

Même sous bulle sanitaire, la planète tennis tourne. Le célèbre tournoi de Monte-Carlo débute aujourd'hui. Premier grand rendez-vous sur terre battue. L'Antillais Gaël Monfils devait y faire son retour après deux mois d'absence. Avec un objectif : arriver au top à Roland-Garros, le 30 mai.

C'est un anniversaire qui donne encore des frissons d'angoisse. Il y a un an, le monde du tennis devait se mettre en mode pause. Comme tout le monde. Et pour une durée indéterminée. En 2020, le tournoi de Monte-Carlo a donc dû renoncer. Même décision pour les Anglais de Wimbledon. Les joueuses et les joueurs n'ont retrouvé la compétition qu'à la mi-août. Roland-Garros a proposé une édition inédite en octobre. Dans un froid automnal et sans public -saison particulière et compliquée- qui n'a pas empêché Rafael Nadal de décrocher un treizième sacre parisien magistral.

Une saison particulière et compliquée qui a aussi permis à l'Autrichien Thiem d'obtenir son premier titre du Grand Chelem. C'était à l'US Open en septembre. Malheureusement, ce tennis sous bulle n'a pas réussi à tous les champions de la balle. Gaël Monfils y a perdu son latin et son tennis. Sans public pour communier, l'Antillais n'a plus gagné la moindre rencontre comme tétanisé, absent à lui-même. Avec le retour des beaux jours et de la terre battue qu'il adore, La Monf compte bien renaître. Et en finir avec une déprime sportive qui n'a que trop longtemps duré.

 

Retour des stars sur le Rocher

Pour ce premier Master 1000 sur terre battue de la saison, toutes les stars sont là. Enfin, presque toutes. Seul le Suisse Roger Federer manque à l'appel de Monaco. Pour le reste, le Serbe Djokovic, numéro un mondial ultra-dominant et dernier vainqueur de l'Open d'Australie visera un troisième sacre sur le Rocher. L'Espagnol Nadal semble-t-il en paix, avec un dos douloureux, tentera quant à lui la passe de douze. N'oublions pas enfin la prometteuse et ambitieuse génération montante : Tsitsipas, Zverev ou encore Medvedev. Comme toujours, il y a du beau monde à Monaco.

Comment situer Gaël Monfils, 34 ans, au milieu de tous ces princes ? L'Antillais pointe aujourd'hui à la treizième place du classement mondial. Honorable. En revanche, il n'a plus remporté le moindre match depuis février 2020. Six défaites depuis lors, pas moins. À l'issue de la dernière, il s'est effondré en larmes durant la conférence de presse. Gros vague à l'âme inquiétant. À Monaco, Monfils devait affronter l'Espagnol Andujar au premier tour. Avant d'annoncer son forfait dimanche matin sur les réseaux sociaux. La raison : une blessure au mollet qui le gêne depuis dix jours. La galère continue pour le numéro un français.

 

Roland-Garros rêve d'accueillir du public

La saison sur terre battue se refermera avec le rendez-vous de la Porte d'Auteuil. C'est la tradition : Roland-Garros se tient la dernière semaine de mai et la première de juin. Sauf en 2020, repoussé à l'automne pour cause de coronavirus. Et en 2021, le tournoi parisien est officiellement décalé d'une semaine. Il aura lieu du 30 mai au 13 juin. Une décision qui a tout du pari. Celui que la situation sanitaire se sera considérablement améliorée et permettra alors d'accueillir un nombre de spectateurs plus conséquent. Comme un rêve de retour à la normal avant l'heure.

Il n'empêche que cette annonce a surpris bien des joueurs. Alizé Cornet agacée de ne pas avoir été prévenue, a sévèrement critiqué Roxana Maracineanu, la Ministre déléguée chargée des Sports. Gilles Simon s'est contenté de grincer des dents, parlant de loi du plus fort incontournable. Et Gaël Monfils ? Une réaction ? Pas la moindre. L'Antillais a juste profité de la période pour annoncer son prochain mariage. En juillet, il doit épouser sa compagne, la Slovène Elina Svitolina, joueuse de tennis professionnelle comme lui.

 

La Monf et Océane veulent frapper fort

Et si l'amour changeait la donne ? Et si la championne Elina offrait une stabilité émotionnelle au champion Gaël ? Laissons la presse people répondre à ces deux questions capitales et revenons au sujet qui nous intéresse : Gaël Monfils et Roland-Garros. Certes, l'Antillais y a parfois sombré. Comme l'an passé. Sorti dès le premier tour par le modeste kazakh Bublik. Mais il y a souvent brillé. Une demi-finale en 2008. Trois quarts de finale en 2009, 2011 et 2014. Monfils a appris le tennis à Roland-Garros. C'est son jardin, son chez lui, un peu sa maison donc… méfiance.

Gaël Monfils n'est pas le seul à avoir vécu à Roland-Garros. La junior guadeloupéenne Océane Babel y réside depuis trois ans. En pleine formation auprès de l'ex-joueuse Noëlle Van Lottum. Duo gagnant. En 2020, Océane a atteint les quarts de finale du tournoi junior parisien. Le 5 avril, la Guadeloupéenne pointait à la septième place mondiale du classement junior. En juin prochain, Océane visera logiquement la victoire finale dans l'édition 2021, à seulement 17 ans, comme un certain Gaël Monfils en 2004.

La joueuse de tennis guadeloupéenne Océane Babel.
La Guadeloupéenne Océane Babel lors du tournoi junior de Roland-Garros en octobre 2020. ©NB.