publicité

La Réunion : une pétition pour la libération de Casanova Agamemnon, l'un des plus anciens détenus de France

Il fait partie des plus anciens détenus de France. Condamné à la perpétuité pour meurtre, le Réunionnais Casanova Agamemnon est en détention depuis 46 ans. Sa famille a fait une pétition pour demander sa libération conditionnelle.

Les premiers pas à La Réunion de Cazanove Agamemnon depuis 1985 © Christelle Floricourt
© Christelle Floricourt Les premiers pas à La Réunion de Cazanove Agamemnon depuis 1985
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
Une pétition demandant la libération conditionnelle d'un des plus anciens détenus de France, Casanova Agamemnon, 66 ans dont 46 passés en prison pour deux meurtres, a été lancée par des membres de sa famille à La Réunion.

Condamné à la perpétuité en 1970

"Nous demandons qu'il finisse ses jours dehors, a déclaré sa cousine Nadège Lhomond jeudi matin. Il a purgé sa peine. Il faut apprendre à pardonner. Il a commis des fautes graves, mais il faut apprendre à pardonner." Il "regrette" ce qu'il a fait, "il est ému et fatigué", a-t-elle ajouté.

Casanova Agamemnon a été condamné en 1970 à la réclusion criminelle à perpétuité, pour avoir tué un an plus tôt son patron, pour une affaire de salaire non versé.

Deux meurtres

Placé en liberté conditionnelle en 1985, il avait tué son frère quelques mois plus tard, début 1986, lui reprochant de s'être approprié l'héritage familial. Il s'était enfui après les faits. Pendant sa cavale, il avait menacé de mort leprocureur de la République et tenté de tuer sa compagne, soupçonnée de vouloir le dénoncer.

Une cavale

Sa fuite, très médiatisée, avait suscité la peur d'une partie de la population et l'admiration d'une autre partie des habitants. Casanova Agamemnon a finalement été arrêté en mai 1986 et jugé aux assises en 1988, où il a écopé de 10 ans de réclusion criminelle. Sa perpétuité a été réactivée. L'homme est toujours en prison depuis.

Demandes de liberté et de grâce présidentielle

Casanova Agamemnon a déjà déposé 18 demandes de liberté conditionnelle, 17 ont été refusées. La dernière, engagée en février, est en cours d'instruction au même titre que sa demande de grâce présidentielle déposée en 2015.

"Pour le moment, nous n'avons aucune nouvelle de ces demandes. Ce n'est pas normal. Même ses trois demandes de sortie sous escorte policière ont été refusées, même celle qu'il a déposée pour aller aux obsèques de sa soeur. C'est inhumain", s'est indigné la cousine du détenu, une femme d'une trentaine d'années qui ne connaît son cousin qu'au travers des visites au parloir.

La pétition sera remise prochainement à la justice. Aucune indication n'a été donnée sur la date d'une décision concernant sa demande de libération conditionnelle.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play