Le créateur antillais Nicolas-Maï Elien crée des vestes haut de gamme avec des jeans recyclés

mode
Maiko Paris
Nicolas-Maï Elien, créateur de Maïko Paris ©Sarah Vildeuil

Faire des vestes kimono haut de gamme à partir de jeans recyclés : c’est le pari de Nicolas-Maï Elien. Ce jeune antillais a créé cette année sa marque de vêtements. Elle s’appelle Maïko Paris. Le jeune homme de 25 ans veut montrer qu’on peut faire du beau tout en étant écolo.

Des rectangles de jean qui ne font plus qu’un... "Alors, j'ai la version longue et la version courte." C'est avec enthousiasme que Nicolas-Maï Elien présente ses créations. Ses vestes kimono sont composées de toutes les nuances de bleu jean, des plus foncées au plus claires. Le jeune antillais de 25 ans a imaginé des vestes haut de gamme en utilisant des jeans de seconde main. Il a lancé en 2020 sa marque, Maïko Paris pour montrer qu'il est possible de faire de belles choses tout en ayant une démarche éco-responsable.

Une envie d'originalité 

"Le premier kimono a été créé avec l'aide de ma grand-mère, se souvient Nicolas-Maï Elien. Je me suis levé un week-end et j'avais envie d'une veste en jean un peu stylée qui sorte du commun. Donc j'ai décidé de récupérer des anciens jeans qui traînaient chez moi. Et après avoir fait quelques découpes, quelques essais, on est arrivé au produit final." Et pour celui qui préfère qu’on l’appelle Maï tout simplement, le succès est immédiat. "Quand j'étais à Londres, je me suis fait pas mal arrêter par rapport à cette veste, dans les supermarchés. Je me suis dit alors qu'il y avait peut-être quelque chose à faire."

Découper lui-même 

En mars 2020, Maï lance une campagne de financement: pari réussi. Les premières productions arrivent. Mais pas de chance, l’usine avec laquelle il travaille ferme. Il prend alors ses ciseaux et s’occupe lui-même des découpes une fois les jeans choisi chez son fournisseur à Rouen.

Aujourd'hui, faire un produit éco-responsable, c'est indispensable.

Nicolas-Maï Elien, jeune créateur antillais

"L'industrie textile est la 2e la plus polluante au monde, précise Maï. Donc c'était vraiment essentiel pour moi de partir sur un produit qui était à la base de seconde main." 

Maiko Paris
Logo de Maïko Paris ©Sarah Vildeuil

Unisexe et taille unique 

Les vestes de Maïko Paris sont aussi unisexe et taille unique. Tout le monde peut les porter. "Pour moi la diversité c'est très important. Ce produit peut être porté par des hommes ou des femmes ronds, des femmes plus petites, plus fines, des hommes plus musclés, moins musclés. C'est vraiment pour tout le monde. Et on va avoir cette possibilité d'adapter la veste avec une ceinture, retrousser les manches etc. pour la customiser à son goût."

Les Antilles dans son coeur 

Le jeune antillais qui est en ce moment en stage en Allemagne chez une grande marque de vêtements n’oublie pas ses racines antillaises : "Pourquoi pas également avoir ce petit côté des Antilles dans le prochain design". Son père est originaire de Basse-Terre en Guadeloupe. Son grand-père maternel est originaire du François en Martinique. 

Les vestes créées par Maîko Paris sont uniques, numérotées et produites en petite quantité, 30 pour la version courte, 30 pour la version longue. Maï a d'autres projets. Il espère aussi bientôt créer d’autres accessoires à partir des chutes de jean une fois les vestes fabriquées.  

Maïko Paris

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live