Le Guadeloupéen Olivier Girault candidat à la présidence de la Fédération Française de Handball

handball
Olivier Girault
©Nordine Bensmail
Le Guadeloupéen Olivier Girault est l'un des trois candidats à la présidence de la Fédération. Durant deux ans, l'ancien capitaine des Bleus, natif de Pointe-à-Pitre a dirigé les clubs professionnels et acquis une certaine expérience.
 
Le 28 novembre prochain, la Fédération Française de Handball élira son nouveau président. Trois candidats sont en lice : le Guadeloupéen Olivier Girault, 47 ans, ancien capitaine des Bleus, Philippe Bana, l'ancien DTN et Jean-Pierre Feuillan, l'ex-vice-président de la fédération.
 

Une première pour un Ultramarin ?

Patron de la ligue nationale de handball depuis 2018, Olivier Girault rêve de devenir le premier Ultramarin à prendre la présidence d'une fédération sportive. Durant deux ans, le natif de Pointe-à-Pitre a dirigé les clubs professionnels et acquis une certaine expérience. Capitaine de l'équipe de France championne olympique à Pékin en 2008, il défend l'idée d'un handball uni. 
 

Mon idée depuis toujours c'est de rassembler tous les handballs. La vitrine est exceptionnelle avec les équipes de France masculine et féminine. Il y a les clubs professionnels aussi. Mais sur le terrain, les clubs amateurs ont l'impression que le monde professionnel est très loin d'eux.

Olivier Girault


Le soutien de Richardson

Sur la liste d'Olivier Girault figure notamment un monument du handball, le Réunionnais Jackson Richardson, qui explique pourquoi il soutient Girault : "Il a arrêté sa carrière depuis pas très longtemps. Il connaît bien les joueurs. Avec toute son expérience, il peut apporter cette nouvelle fraîcheur au handball. On ne peut pas se permettre de perdre du temps. 2024 (NDLR : les JO à Paris) c'est bientôt".

Regardez le reportage d'Outre-mer la 1ère :


Diagnostic pour le handball Outre-mer

Olivier Girault souhaite également devenir un ardent défenseur du handball Outre-mer : "Lorsqu'on regarde les installations sportives Outre-mer, ce n'est pas digne de ce que l'Outre-mer représente. L'Outre-mer est le parent pauvre du sport français. Si je suis élu, l'Outre-mer ne sera plus le parent pauvre du handball français".