Le nickel calédonien: bénéficiaire involontaire de l’escalade entre la Russie et l’Ukraine

nickel
Norilsk
Usine du groupe Nornickel dans la ville de "Nikel" en Russie à la frontière de la Norvège ©Pavel Lvov Sputnik via AFP
Le prix du nickel est au plus haut depuis 2010 en raison des vives tensions entre la Russie et l’Ukraine. Le marché mondial et la Bourse des métaux de Londres ont des inquiétudes quant à la perturbation des exportations des deux pays.

Le marché du nickel et des métaux industriels a été bouleversé ces dernières semaines alors que les négociants londoniens du LME se préparent à une perturbation des livraisons russes.

Cours du nickel au LME de Londres
Cours du nickel au LME de Londres . ©Metal mining

Les exportations du pays représentent 5,3% de la production mondiale, selon JPMorgan Chase & Co.

 Risque de sanctions

"Il y a un risque de sanctions contre la Russie ; les gens essaient de s'approvisionner en nickel", a déclaré un négociant britannique en métaux.

Une invasion russe de l'Ukraine pourrait signifier des sanctions contre des entreprises russes telles que Norilsk Nickel qui fournit environ 10 % du nickel mondial. La Russie a nié à plusieurs reprises qu'elle se préparait à envahir l'Ukraine, alors que les Etats-Unis prévoient encore une invasion prochaine.

Une usine en Ukraine

De son côté, l’Ukraine est aussi un producteur de ferronickel, l’alliage de l’acier inoxydable. En 2020, le pays a multiplié par 2,1 ses importations de minerai de nickel originaire du Guatemala à 1,1 millions de tonnes par rapport à 2019, selon les  statistiques douanières. Les importations de minerai de nickel guatémaltèque ont doublé pour atteindre 53,1 millions de dollars. Auparavant, l'Ukraine importait la majeure partie du minerai de nickel d'Indonésie, et même de Nouvelle-Calédonie.  

Carte de l’Ukraine, en rouge le site de l’usine de nickel de Pobuzhski
Carte de l’Ukraine, en rouge le site de l’usine de nickel de Pobuzhski. ©Google

 La Nouvelle-Calédonie, bénéficiaire involontaire

Une situation qui pourrait donc profiter à la SLN et à KNS, les deux producteurs calédoniens présents en Europe, d’autant que les cours du ferronickel ont repris de la vigueur, en raison des risques de pénurie.

Selon les données fournies par le centre principal d'information et de calcul des chemins de fer ukrainiens, 1,6 million de tonnes de minerai de nickel sont arrivés en Ukraine en 2020. Les matières premières provenaient du terminal portuaire d’Odessa sur la mer noire.

"Les stocks de nickel du LME ont diminué depuis janvier et le déstockage va se poursuivre", a rapporté de son côté le Shanghai Metals Market :  "l'offre mensuelle pourrait même être inférieure à 10 000 tonnes de nickel."  La pénurie se manifeste par une basse spectaculaire des stocks dans les entrepôts enregistrés à la Bourse des métaux de Londres (LME).

Stock de nickel dans les entrepôts du LME
Stock de nickel dans les entrepôts du LME. ©Marex Spectron/Bloomberg