Le petit Mathias, atteint d'une maladie incurable, s'envole pour le pays de Vaiana

solidarité
Mathias et sa maman
Mathias et sa maman ©Pierre Lacombe
Grâce au soutien de l'association "la bande de copains" à Narbonne, Mathias s'envole pour la Polynésie au pays de Vaiana, son dessin animé préféré. Le petit garçon et sa famille ont quitté ce vendredi matin la gare de la ville de l'Aude dans une ambiance euphorique.

Dans le salon, le dessin animé préféré de Mathias tourne en boucle. Le petit garçon, installé confortablement sur le canapé, semble déjà là-bas, au pays de Vaiana. Ces lagons bleus et ces plages de sable fin qu’il aime tant, il va enfin les découvrir.

Aucun espoir de guérison

Il y a un an, les médecins ont diagnostiqué au petit garçon de 8 ans un gliome infiltrant du tronc cérébral et n'ont donné aucun espoir de guérison à ses parents. "Cette maladie est inopérable et depuis quelques jours nous avons arrêté les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie", affirme Aline, la maman du petit garçon. 

Désormais, Eric et Aline se raccrochent au rêve de leur petit garçon. "Ce qui nous occupe l’esprit, c’est effectivement ce voyage parce que c’est une aventure humaine formidable, c’est rempli de bonnes choses, d’ondes positives, c’est très porteur", indique Eric, le papa de Mathias. "L’important, c’est le bien-être de Mathias, que tous les jours soient importants, qu’il y en ait le plus possible", ajoute Aline, sa maman.  

32 000 euros de dons 

Mathias et ses parents
Mathias et ses parents ©Pierre Lacombe

Touché par le sort du petit garçon, la détresse de ses parents et de son grand frère, Benoît Pérez et "sa bande de copains" ont remué ciel et terre à Narbonne pour permettre à Mathias de réaliser son rêve. En quelques semaines, 32 000 euros sont récoltés. "On sait que la maladie, nous n'arriverons pas à la gagner, mais nous sommes tellement heureux de permettre à Mathias d'aller en Polynésie. Nous avons hâte de recevoir les premières photos, de le voir avec le beau temps, le maillot et un petit sourire", indique Benoit Pérez. 

Pierre et Claude, l’oncle et la tante de Mathias, sont également du voyage, mais pour eux, pas question de profiter de l'argent de l'association. Aidé par son père et son fils, Pierre a multiplié les chantiers ses derniers mois pour se payer les billets. "On ne se voyait pas profiter de l'argent. Pourquoi nous et pas un autre ? Nous avons mis les bouchées doubles. Nous y sommes arrivés, non sans mal, mais nous y sommes arrivés", indique Pierre, qui ajoute, "du coup, on part avec eux. Ça nous tenait à cœur et pour Mathias aussi"

Le départ

Ce vendredi matin, sur les quais de la gare de Narbonne les cris de joie résonnent aux sons des tambours et des guitares. Mathias est accueilli comme un héros. "Quand il ne sera plus là, ma vie sera finie, cette vie-là sera finie et puis il y en aura certainement une autre, mais je ne sais pas de quoi elle sera faite", indique Aline au bord des larmes. "On sait que ça va s’assombrir, mais on veut profiter pleinement de ce voyage et quand on rentrera à Narbonne, on verra la suite. Ce sera effectivement difficile, mais on verra après... Pour l’instant, on n'y pense pas", ajoute Eric gagné par l'émotion. 

Les portes se referment. Le TGV quitte la gare de Narbonne. La petite famille passera la nuit à Paris avant de s'envoler ce samedi 27 novembre pour Papeete. Mathias est en route pour son rêve. Il restera un mois en Polynésie où déjà, un comité d'accueil s'est mis en place pour le recevoir.  

►Regardez le reportage d'Outre-mer la 1ère :

©la1ere