"Le rapprochement d'Air Austral et de Corsair est une option sur laquelle chacun devrait travailler" selon le gouvernement

transports
Dussopt
Olivier Dussopt, ministre délégué auprès du ministre de l'économie, des finances et de la relance, charge des comptes publics, prend la parole. lors des questions au gouvernement le 16 novembre 2021. ©Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Le rapprochement possible des deux compagnies aériennes inquiète à La Réunion où des salariés d'Air Austral ont demandé à être associés aux négociations. Interpellé par David Lorion lors des questions au gouvernement, Olivier Dussopt a affirmé, mardi, que l'État accompagnerait la restructuration.

Olivier Dussopt répondait mardi 16 novembre à une question de David Lorion à l'Assemblée nationale. Inquiet du possible "mariage" entre la compagnie aérienne réunionnaise Air Austral - qui relie l'hexagone au sud-ouest de l'océan Indien - et l'antillaise Corsair, le député de La Réunion demande un accompagnement de l'État pour "sauver la compagnie". Il juge le projet envisagé à ce stade "inacceptable et injustifié" au motif que "la saine concurrence est le principe même de la continuité territoriale"

Restructuration de la dette

"Le rapprochement d'Air Austral et de Corsair est une option qui aurait le mérite de préserver l'identité réunionnaise et l'implantation locale, une option sur laquelle chacun devrait travailler", rétorque le ministre des comptes publics. Olivier Dussopt affirme également que l'État s'engage à accompagner la restructuration d'Air Austral et "notamment la restructuration de sa dette à deux conditions : avec les autres actionnaires et dans le cadre des règlements européens." L'actionnaire principal d'Air Austral est une société d'économie mixte rassemblant la Région, le Département et plusieurs autres actionnaires, dont la Caisse des dépôts.

Ces derniers mois, la compagnie réunionnaise a essuyé de lourdes pertes liées à l'effondrement du trafic pendant la crise sanitaire. Le ministre a ainsi détaillé l'aide de trésorerie de 100 millions d'euros versée par l'État pour accompagner Air Austral "d'abord en garantissant des prêts de 80 millions d'euros et de manière directe avec un prêt de l'État à la compagnie de 20 millions d'euros." Avant de préciser : "Ce qui est sûr c'est que cette crise a révélé des fragilités plus structurelles d'Air Austral (...) auxquelles nous devons répondre." 

Olivier Dussopt en a profité pour préciser que les ministères de l'Économie et des Finances ainsi que celui des Transports ont porté une attention particulière aux compagnies qui desservent les territoires d'Outre-mer pendant cette période. "Nous sommes convaincus comme vous que la continuité territoriale est une exigence républicaine et que le maintien des déplacements entre la métropole et l'ensemble des départements et territoires d'Outre-mer est tout à fait essentiel."

 

Emploi local et ancrage à La Réunion

Dimanche 14 novembre, des salariés d’Air Austral avaient manifesté contre ce possible "mariage forcé" avec la compagnie aérienne Corsair. Plusieurs élus s'étaient joints à eux devant la préfecture de Saint-Denis, parmi lesquels la présidente de Région, Huguette Bello. 

Les salariés mobilisés ont alors déploré l’absence de rencontre ou de discussion dans ce dossier et demandé des garanties de l’État. Ils craignent qu’un "mariage forcé" ne leur soit imposé et souhaitent voir maintenu le périmètre de l’emploi et de l’activité, ainsi que le rôle et l’ancrage sociétal d’Air Austral au sein de La Réunion.