Le Vanuatu ravagé par le cyclone Harold réticent à accepter de l'aide étrangère en raison du coronavirus

coronavirus
Le Vanuatu après le passage du cyclone Harold
Le Vanuatu après le passage du cyclone Harold ©HANDOUT / INTERNATIONAL FEDERATION OF RED CROSS PACIFIC / AFP
Le puissant cyclone Harold a détruit les maisons de dizaines de milliers de personnes la semaine dernière au Vanuatu. Et l'archipel du Pacifique Sud est réticent à accepter une aide étrangère de crainte de laisser entrer sur son sol le nouveau coronavirus.
La tempête a également balayé les îles Salomon, les Fidji et les Tonga. L'aide aux victimes de ce cyclone qui était classé dans la catégorie 5, la plus puissante, est compliquée en raison des restrictions de voyage décidées par le Vanuatu pour se protéger du Covid-19.
    
L'ONG World Vision a affirmé que 35% de la population de l'archipel, qui compte 300.000 habitants, se trouvait désormais dans des centres d'accueil. "La question du logement demeure le sujet de préoccupation absolu", a déclaré à l'AFP Kendra Gates Derousseau, directrice pour le Vanuatu de World Vision.


Plus grave que Pam

Elle a expliqué que dans certaines zones de l'archipel, les dégâts étaient plus importants encore que ceux provoqués en 2015 au passage de Pam, le dernier cyclone de catégorie 5 qui ait frappé le Vanuatu. Pam avait dévasté la capitale, Port Vila.
    
"Après Pam, les gens étaient rapidement repartis de l'avant en ramassant les débris, parfois en tendant simplement une bâche sur leur toit", rappelle-t-elle. "Mais ce que nous voyons après Harold, ce sont des maisons qui ont été pulvérisées. Il n'y a rien à récupérer".
    

Les dégâts les plus importants sont répertoriés dans les îles de Pentecôte, Ambae et Espiritu Santo, où se trouve Luganville, la deuxième ville du pays.
    
Le bilan humain de ce cyclone est toujours de trois morts au Vanuatu, mais Mme Gates Derousseau affirme qu'il pourrait s'alourdir à mesure que les informations remonteront des provinces les plus reculées.

Au Salomon, 27 personnes avaient péri après être tombées à l'eau du pont d'un ferry. La Croix-Rouge a fait état d'un mort aux Fidji, mais aucun décès n'a été répertorié aux Tonga.

Le secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence Mark Lowcock a promis une aide de 2,5 millions de dollars au Vanuatu.

    
La crainte d'une épidémie

L'épidémie de coronavirus complique les choses, le Vanuatu étant déterminé à demeurer un des rares pays au monde sans aucun cas confirmé de la maladie. Mme Gates Derousseau a observé que l'acheminement de l'aide mettait du temps dans certaines régions, tout en reconnaissant que le gouvernement ne pouvait prendre le risque d'importer la maladie.
    
"Cela peut être frustrant", a-t-elle admis. "Mais il n'y a pas le choix. Une épidémie de Covid-19, en plus du cyclone, serait ingérable".
    

Mesures de quarantaine

L'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Chine ont envoyé par avion une aide humanitaire dans l'archipel. Celle-ci doit cependant respecter des mesures de quarantaine stricte avant d'entrer dans le pays.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live