Leur fillette de 4 ans meurt aux urgences de Vierzon, les parents ne reçoivent aucune explication

santé
Décès mystérieux de la fillette martiniquaise aux urgences de Vierzon : les parents témoignent
©F3 CVDL
Trois semaines après la mort de leur enfant, Michel et Mirella Risal, d'origine martiniquaise, n'ont reçu aucune explication sur les raisons de ce drame. Leur fillette avait été admise aux urgences de Vierzon pour une gastro. Elle est décédée quelques heures plus tard. 
Que s'est-il passé aux urgences de Vierzon ce 23 janvier ? Quel mal a bien pu emporter leur enfant ? Les parents d'Allayama, 4 ans, n'en finissent plus de s'interroger sur les circonstances de la mort de leur fillette. Le procureur de la République du Cher, Joël Garrigue, a bien ouvert une enquête pour rechercher les causes de la mort, mais trois semaines après les faits, Michel et Mirella ne savent toujours rien et n'en peuvent plus d'attendre. Ils veulent connaître la vérité. 

Le reportage de nos confrères de France 3 Val de Loire J.P Elme, S. Dosne, M. Dubois: Ce jour-là, Michel et Mirella Risal sont arrivés aux urgences à 11h du matin. La fillette de 4 ans avait 38° de fièvre et ce qui ressemble à une gastro.
 

J'ai dû attendre dans le couloir pendant 1 heure. Au bout d'un moment, ma fille a fait un malaise. J'ai expliqué à la dame de l'accueil que ma fille ne tenait plus sur ses jambes. C'est seulement à ce moment-là qu'ils ont pris ma fille en charge. 
Michel Risal, père de la fillette. 


L'enfant serait déshydratée. Elle reçoit une perfusion et après quelques minutes son état s'améliore. L'urgentiste en lien avec l'hôpital de Tours, fait alors pratiquer une échographie, puis une ponction lombaire. Le médecin ne décèle rien de particulier. Il décide de la transférer à Tours, à l'hôpital pour enfant. Michel retourne dans la salle d'attente. 

Ne voyant pas le médecin revenir, il revient dans la chambre de sa fille. En arrivant dans la chambre, ils n'ont pas voulu que je rentre. Je suis resté dans le couloir. Je vois plusieurs médecins rentrer dans la chambre en courant. Je demande ce qu'il se passe ? Tout le monde me dit de sortir, explique Michel, le papa d'Allayama
 

En m'approchant plus de la porte, je vois qu'il y a plein de tuyaux branchés sur ma fille. Il y a des tuyaux qui aspirent du sang. Ils lui ont mis un scotch transparent pour fermer ses yeux. Je ne comprends pas, je demande des explications. On ne me dit rien. Un moment après, il y a un médecin qui vient me voir. Il m'explique que ma fille vient de faire un arrêt cardiaque. 


Vers 20h30, le médecin vient annoncer le décès d'Allayama. "Ils n'ont pas donné d'explications, explique sa mère, nous sommes repartis en pleurant, en criant... et c'est tout". Une autopsie a été faite, mais aujourd'hui les parents attendent toujours le dossier médical de leur enfant et une réponse de la justice face à cette mort mystérieuse.