publicité

Londres va dédommager les Antillais britanniques traités comme des clandestins l'an dernier

Le ministre de l'Intérieur britannique, Sajid Javid, a annoncé mercredi un programme de dédommagement destiné à la "génération Windrush", nom donné à des immigrés arrivés après la Seconde Guerre mondiale, dont certains ont subi un "traitement inacceptable".

Le scandale "Windrush" avait secoué le gouvernement britannique et son ministre de l'Intérieur, Sajid Javid (à gauche), l'an dernier. © ADRIAN DENNIS / AFP - Alex Cavendish / NurPhoto
© ADRIAN DENNIS / AFP - Alex Cavendish / NurPhoto Le scandale "Windrush" avait secoué le gouvernement britannique et son ministre de l'Intérieur, Sajid Javid (à gauche), l'an dernier.
  • La 1ère (avec AFP)
  • Publié le
Cette génération d'immigrés tient son nom du navire Empire Windrush qui était arrivé le 22 juin 1948 au port de Tilbury, à une quarantaine de kilomètres à l'est de Londres, transportant plusieurs centaines de migrants originaires des Caraïbes, principalement de Jamaïque, mais aussi des Bermudes ou de Guyane britannique.
    
L'an dernier, un scandale avait révélé que le gouvernement avait traité comme des clandestins certains de ces migrants pourtant censés être britanniques, leur demandant de prouver chaque année de présence au Royaume-Uni sous peine d'expulsion.   

234 millions d'euros

"Tout le pays a été choqué par le traitement inacceptable subi par certains membres de la génération Windrush. Des gens qui ont construit leur vie dans ce pays, des gens qui ont tant donné pour ce pays, des gens qui ont tous les droits d'être dans ce pays, et à qui on a dit qu'ils n'étaient pas les bienvenus", a déclaré le ministre de l'Intérieur à la Chambre des communes en présentant les détails de ce programme.
    
"C'était une terrible erreur et ça n'aurait jamais dû se produire", a-t-il poursuivi, exprimant son "profond regret". Le programme de dédommagement se veut "simple", "accessible" et "juste". Les citoyens des pays du Commonwealth installés au Royaume-Uni avant 1973 ainsi que certains enfants et petits-enfants d'immigrés qui s'estiment lésés peuvent y prétendre. M. Javid a ajouté que ses services estimaient le coût total du plan de dédommagement à environ 200 millions de livres (234 millions d'euros).
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play