La Guyane a enregistré 472 cas de Covid-19 et deux décès ce week-end. Du jamais vu dans le territoire considéré par les autorités comme "vulnérable" face à l’épidémie désormais galopante. La ministre des Outre-mer est attendue sur place mardi. Un deuxième confinement de la population est évoqué. 
 
 

Ce dimanche, la Guyane est devenu le territoire d'Outre-mer comptant le plus de cas de coronavirus. Le nombre de cas avérés a doublé au cours de la semaine écoulée, passant de 1255 le 14 juin à 2441 le 21 juin. Classé au stade 3 de l'épidémie de Covid-19 il y a une semaine tout juste, le territoire va vraisembalement voir prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu’au 30 octobre, mesure déjà votée par l’Assemblée nationale.

Situation préoccupante

La Guyane enregistre 2441 cas avérés de coronavirus et sept décès ce lundi 22 juin, 110 jours après l’annonce des cinq premiers cas sur le territoire. Le virus a été détecté pour la première fois à Saint-Laurent du Maroni chez des résidents contaminés lors d'un rassemblement religieux qui s'est tenu à Mulhouse du 17 au 24 février.

Près de 16 semaines plus tard, ce sont les communes de Kourou où se trouve le centre spatial, Cayenne, le chef-lieu, et Saint-Georges de l’Oyapock, à la frontière brésilienne, qui sont les plus touchées par l’épidémie de coronavirus, selon l’Agence régionale de santé.

Le département d’Amérique du Sud est désormais le territoire d’Outre-mer le plus touché par l’épidémie, juste devant Mayotte qui compte un nombre d’habitants comparable et 2404 cas avérés ainsi que 30 décès à ce stade.

Dans le graphique ci-dessous, la courbe jaune matérialise la progression du bilan total de contaminations en Guyane, des cinq premiers cas le 4 mars jusqu’à 2441 le 21 juin. La courbe se redresse nettement début juin, signe que la propagation de l'épidémie s'accélère. 

Propagation rapide et étendue

Plus que le nombre total de cas, c’est la vitesse de propagation de l’épidémie qui inquiète. Chaque bilan quotidien des autorités ou presque fait part d’un nouveau record du nombre de cas : 278 contaminations supplémentaires annoncées dimanche 21 juin, du jamais vu jusqu'à présent. Le territoire déplore également sept décès, deux d’entre eux étant survenus ce week-end. 111 patients sont hospitalisés, dont 14 en réanimation pour une capacité totale de 38 lits à ce stade. 

Sur le graphique, chaque colonne bleue représente le nombre de contaminations recensées de façon journalière par les autorités guyanaises. Un premier bond est visible à partir du 23 mai, soit 12 jours après la mise en œuvre des premières mesures de déconfinement en France (lundi 11 mai). Pour la première fois, le nombre de cas en 24h dépasse 30. Mais c'est à partir du mois de juin que le nombre de cas quotidiens s’envole, jusqu'à frôler 300 nouvelles contaminations ce dimanche

Reconfinement envisagé

Face à l'augmentation inquiétante des compteurs, la ministre des Outre-mer se rend en Guyane, son arrivée est prévue mardi 23 juin en fin d’après-midi avec un nouveau contingent de soignants et un hôpital de campagne de la sécurité civile, comme l'a annoncé dimanche soir le gouvernement dans un communiqué.

Ce dernier "aura une capacité de 20 lits ce qui va permettre de laisser le Centre hospitalier (de Cayenne, ndlr) complètement disponible en matière de lits pour l’accueil des patients Covid", a précisé la ministre lors d’un entretien téléphonique avec Rodolphe Alexandre, le président de la collectivité territoriale de Guyane. Cet hôpital temporaire devrait être installé "sur les lieux de l’hôpital de Cayenne", a complété le préfet, invité dimanche du journal de Guyane la 1ère.

Marc Del Grande a également expliqué que la question du reconfinement total de la Guyane, envisagé par Matignon, dépendrait de l’issue des dernières mesures mises en œuvre : le soutien sanitaire qui arrive cette semaine, mais aussi le couvre-feu réinstauré progressivement dans plusieurs communes.

"On ne va pas fixer de date (pour un possible reconfinement, ndlr), a expliqué le préfet. D’abord on laisse les renforts arriver pour soutenir nos hôpitaux, pour soutenir les capacités de réanimation. On continue les mesures de couvre-feu de weekend, de semaine. J’ai ajouté ce soir, les communes de Macouria et Kourou en couvre-feu renforcé. Donc on s’adapte à la dynamique épidémique. Le moment venu, les décisions seront prises."
 

Couvre-feu renforcé

Alors que les communes de Camopi et Saint-Georges de l’Oyapock sont toujours confinées, le préfet a, en effet, réinstauré, dimanche 14 juin, un couvre-feu dans 16 des 22 communes du territoire avec interdiction de circuler la nuit.

Une semaine plus tard, le 21 juin, le couvre-feu a été renforcé, les plages horaires étendues à Kourou – qui présente le plus grand nombre de nouvelles contaminations- et Macouria : de 19 heures (au lieu de 21 heures) à 5 heures en semaine, et le week-end du samedi 15 heures (au lieu de 19 heures) au lundi 5 heures. C’était déjà le cas à Cayenne, Rémire-Montjoly et Matoury depuis vendredi.

Enfin, le gouvernement avait déjà annoncé le report sine die des élections municipales prévues le 28 juin.

Rodolphe Alexandre : la barre des 3000 cas franchie d'ici la fin de la semaine

Le président de la Collectivité Territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre, participait lundi 22 juin en visioconférence à une mission d'information sénatoriale sur le trafic de stupéfiants en Guyane. En préambule de son intervention, il a expliqué que concernant la crise sanitaire actuelle, il attendait la visite de la ministre des Outre-mer mardi avec "anxiété, car nous pensons qu'elle n'arrive pas avec toutes les solutions". Il estime ne pas avoir été suffisamment écouté sur les besoins sanitaires de la Guyane. "D'ici la fin de la semaine, nous passerons la barre des 3000 cas avec une mortalité plus élevée qu'aujourd'hui".  Regardez l'intervention de Rodolphe Alexandre :
Rodolphe Alexandre