publicité

Un Mahorais condamné pour avoir agressé des pompiers venus le secourir

Plus de quatre ans après les faits, un jeune homme originaire de Mayotte a été condamné lundi à Lyon à une mesure de contrainte pénale pour avoir agressé des pompiers qui venaient le secourir, à l'issue d'une audience où s'est exprimée l'exaspération de la profession.

Palais de justice de Lyon © JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP Palais de justice de Lyon
  • Par Angélique Le Bouter
  • Publié le
La contrainte pénale est une sanction alternative à la prison comportant des obligations et interdictions, qui doit permettre un meilleur suivi et une préparation renforcée du condamné à sa réinsertion, instaurée depuis 2014. Il devra en outre verser 400 euros de dommages et intérêts à chacun des trois pompiers, selon leur avocat Me Sébastien Soy.

En août 2013, les pompiers sont appelés dans le quartier de la gare Part-Dieu pour porter secours à un jeune homme, originaire de Mayotte et déjà condamné pour des vols, violences et outrages. Il a alors beaucoup bu et fumé "quelques joints", a reconnu le prévenu lundi à la barre.

Insultes, menaces et coups

Le ton monte quand les pompiers parlent d'une hospitalisation. Le prévenu insulte, menace, porte un coup selon l'accusation. Les pompiers décident alors de partir, suscitant la colère. Le chef d'équipage est pris à partie, encerclé par plusieurs individus et frappé. Une agression qui entraînera 15 jours d'incapacité temporaire de travail. "On a l'impression d'un déchaînement de sauvagerie", observe la présidente du tribunal.

Dans le cadre de l'information judiciaire, les enquêteurs espéraient arrêter les autres auteurs des faits mais seul le cousin de l'accusé a pu être identifié. Il a été condamné par la justice pour mineurs en février dernier.

"Stop à l'impunité"

À l'audience, les trois pompiers victimes semblent les porte-parole d'une profession qui a subi des agressions en hausse de plus de 17% en 2016, selon les derniers chiffres. "Je comprends pas, on était venu pour lui, témoigne l'un d'eux. Je vois des trucs horribles, gratuits, tous les ans ça monte". "Dès qu'on a un uniforme et un gyrophare bleu, on est mis dans le même sac" que la police, déplore un autre.
Lundi, les pompiers de Lyon ont manifesté contre les violences dont ils sont victimes. © Franck CHAPOLARD / CrowdSpark
© Franck CHAPOLARD / CrowdSpark Lundi, les pompiers de Lyon ont manifesté contre les violences dont ils sont victimes.

À Lyon, les pompiers ont manifesté à deux reprises, en novembre et début janvier, pour dire "stop à l'impunité". Ils réclament notamment l'anonymat des dépôts de plaintes et des caméras portatives pour filmer leurs interventions sensibles.
Lors de la dernière manifestation, des fumigènes avaient été jetés dans le hall du tribunal de grande instance, un comportement dénoncé par le procureur de la République à Lyon, Marc Cimamonti, lors de l'audience de rentrée en janvier.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play