publicité

La marche "solidaire des Territoires éloignés" attire quelques dizaines de personnes et la ministre des Outre-mer

Quelques dizaines de personnes seulement ont participé ce samedi à la la marche "solidaire aux gilets jaunes des Territoires éloignés". La ministre des Outre-mer Annick Girardin a saisi l'occasion pour échanger avec quelques uns d'entre eux et les a les a invités à "participer au grand débat".

© La1ère
© La1ère
  • La1ère
  • Publié le , mis à jour le
"C'est normal, ça n'a pas été médiatisé, mais il fallait faire ce rassemblement", affirme Priscilia Ludocky, l'une des figures des gilets jaunes, pour justifier la faible participation à cette marche "solidaire aux gilets jaunes des Territoires éloignés".
Quelques dizaines de personnes rassemblées rue Oudinot à Paris 7ème pour la marche "solidaire des territoires éloignés". © La1ère
© La1ère Quelques dizaines de personnes rassemblées rue Oudinot à Paris 7ème pour la marche "solidaire des territoires éloignés".

Ils n'étaient en effet que quelques dizaines pour défendre les Outre-mer, de quoi mettre en colère cette manifestante. 
 

Il y avait un rendez-vous pour une convergence des revendications, de mise en lumière des problématiques locales auxquelles tous les citoyens sont confrontés. Leur absence signifie que tout va bien, qu'il n'y a pas de problèmes. Tout va bien sous le soleil des tropiques. Moi je n'ai pas cette impression-là.

 
 

Annick Girardin s'invite au rassemblement 

Annick Girardin, ministre des Outre-mer, dialogue avec Priscillia Ludosky du collectif gilets jaunes "La France en colère". © La1ère
© La1ère Annick Girardin, ministre des Outre-mer, dialogue avec Priscillia Ludosky du collectif gilets jaunes "La France en colère".

En prélude à cette marche, Annick Girardin est allée samedi à la rencontre de ces "gilets jaunes" rassemblés devant son ministère à Paris. La ministre des Outre-mer les a invités à "participer au grand débat". Je vous invite tous, ceux qui veulent parler de l'Outre-mer, à venir lundi ou mardi me rencontrer, et au-delà à participer à toutes les rencontres qui se font", et "au grand débat", a déclaré Annick Girardin à une poignée de "gilets jaunes", dont Etienne Chouard, controversé notamment pour son intérêt pour l'essayiste d'extrême droite Alain Soral. 
    
"Qu'est-ce qu'ils veulent les gens en Outre-mer ou ici ?" : "Moins de taxe, du pouvoir d'achat", a affirmé un manifestant s'adressant à la ministre. "Et ça, ça devrait normalement être réglé rapidement", a-t-il ajouté. "Vous croyez que les membres du gouvernement, que les parlementaires, les représentants du peuple ne le savent pas ? Vous croyez vraiment que tout le monde n'essaye pas d'apporter des réponses ?", a répliqué la ministre des Outre-mer.
    
"Je ne reste pas dans mon bureau ! Comme la plupart des membres du gouvernement, on est sur le terrain, on côtoie les gens", a poursuivi Annick Girardin, qui était déjà allée au contact de "gilets jaunes" en décembre sur l'île de La Réunion, alors en proie à de violentes manifestations.
    
Samedi, des centaines de "gilets jaunes" ont entamé une nouvelle journée de manifestations à Paris et en province, malgré de récentes divisions dans leurs rangs, dix jours après l'ouverture du grand débat national.
Marche des gilets jaunes pour les Territoires oubliés

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play