Mayotte: collaborer avec les Comores pour limiter l'immigration clandestine

immigration
La Cour des comptes épingle le ministère des Outre-mer sur ses dépenses entre 2017 et 2020
©©AFP/THOMAS SAMSON
La Cour des comptes s’est alertée ce jeudi 30 juin dans un communiqué sur la non réponse des autorités aux attentes des habitants de Mayotte. Selon elle, il faut maîtriser la question de l’immigration en se coordonnant avec les Etats de la région.

A Mayotte, les autorités ne répondent pas aux attentes des Mahorais "sur les plans sociaux, économiques et sociétaux", a dénoncé jeudi la Cour des comptes, qui leur recommande de travailler avec les acteurs régionaux pour lutter contre l'immigration clandestine et garantir des perspectives de développement.

"Les services de l'État et du département ne parviennent pas à apporter les solutions attendues par les Mahorais sur les plans sociaux, économiques et sociétaux", indique la Cour des comptes dans un communiqué, pour qui "la maîtrise de l'immigration est un préalable à la stabilisation du cadre socio-économique" selon la Cour des comptes.

Pour y remédier, la cour recommande notamment de "coordonner l'action contre l'immigration clandestine par des réunions régulières entre le préfet de Mayotte, les ambassadeurs de France auprès des pays de provenance des immigrés, l'ambassadeur chargé de la coopération régionale et le commandant supérieur des forces armées de la zone sud de l'océan indien (FASZOI)". Il faudrait également "associer le préfet de Mayotte au suivi du plan de développement des Comores".

Un développement interrégional

Enfin, la Cour des comptes recommande de "concevoir le développement à long terme de Mayotte en prenant en compte son intégration dans son environnement régional". Aujourd'hui, "les services de l'État sont fragilisés par des effectifs taillés au plus juste, en méconnaissance de difficultés sans commune mesure avec celles rencontrées en métropole. Les services de la préfecture, notamment, sont trop mobilisés par les urgences successives pour assurer l'impulsion et la coordination nécessaires au développement de l'archipel", ajoute encore le rapport.

Déjà en 2016, la Cour des comptes avait déjà relevé la préparation insuffisante de la départementalisation de Mayotte en 2011, une réforme institutionnelle "mal préparée et mal pilotée", qui, bien que sans lien avec les crises que traverse l'archipel, "n'en a guère facilité la résolution", assure-t-elle.

Mayotte, département français situé entre l'Afrique de l'Est et Madagascar, représente un eldorado pour ses voisins, à commencer par ceux de l'archipel des Comores. La population de cette île de l'océan indien a été multipliée par 12 en 60 ans et 48% des habitants (dont le chiffre est estimé entre 350.000 et 400.000 habitants) est d'origine étrangère.

Dix ans après être devenue un département français, les relations de Mayotte restent tendues avec l'Union des Comores, qui refuse toujours de reconnaître la souveraineté française sur cette île du canal du Mozambique.