Mayotte : opérations escargot des chauffeurs de bus scolaires contre les violences

france
Opération escargot des chauffeurs de bus scolaires à Mayotte.
Opération escargot des chauffeurs de bus scolaires à Mayotte. ©MAYOTTE 1ERE
Les conducteurs de bus scolaires ont mené trois opérations escargot à Mayotte ce jeudi 22 février, paralysant la circulation dans l'île. En droit de retrait depuis plus de trois semaines, ils protestent contre l'insécurité et les violences, notamment perpétrées par des jeunes.
A Mayotte, trois opérations escargot menées par les conducteurs de bus scolaires, en droit de retrait depuis plus de trois semaines pour protester contre l'insécurité et les violences, notamment perpétrées par des jeunes, ont quasiment paralysé la circulation routière de l'île ce jeudi 22 février, a constaté une journaliste de l'AFP.


Blocage des cars scolaires

Ayant débuté entre 3h et 4h du matin au nord, au sud et au centre de l'île, selon Mikidadi Moussa, porte-parole des conducteurs de bus, ces actions ont empêché les Mahorais de circuler jeudi matin et jusqu'à la pause méridienne dans toute l'île, hors Petite-Terre. Puis, en début d'après-midi, plusieurs dizaines de cars scolaires bloquaient complètement un rond-point névralgique du centre de Mamoudzou (chef-lieu de l'île).


Retrait des personnels d'établissements

Les conducteurs de bus se sont joints au mouvement de grève initié par une intersyndicale mahoraise, pour protester contre les violences commises par des jeunes depuis plusieurs semaines, notamment en milieu scolaire, et qui ont poussé au droit de retrait des personnels de trois établissements de l'île ce dernier mois.

Des élèves blessés

Le 19 janvier des dizaines de jeunes armés de bâtons et de barres de fer ont notamment attaqué un lycée du centre de l'île, blessant des élèves. La très grande majorité des conducteurs de bus observent également un droit de retrait depuis plus de trois semaines, suite aux caillassages répétés de leurs véhicules par de jeunes délinquants. Début février, la gendarmerie de Mayotte a annoncé la mise en place d'un nouveau dispositif de sécurisation, avec la présence de militaires à bord de certains cars scolaires choisis de manière aléatoire.


Mouvements sociaux 

Mayotte connaît des mouvements sociaux pour le troisième jour consécutif. Mardi, une manifestation avait rassemblé près d'un millier de personnes, selon la police, pour protester là encore contre l'insécurité.

Mercredi, un autre mouvement citoyen et syndical avait provoqué de violentes bousculades entre forces de l'ordre et manifestants devant le service des migrations et de l'intégration de la préfecture, à Mamoudzou, là encore pour protester contre l'insécurité, dont ils rendent en partie responsable la forte immigration comorienne.


Le service des migrations sous protection

Le service des migrations a été placé sous protection des forces de l'ordre jeudi, a constaté une journaliste de l'AFP. Des grilles anti-émeutes ont été dressées à l'entrée de la rue principale. Le service a été fermé, en raison des agents qui n'ont pu se rendre sur leur lieu de travail, a indiqué la préfecture.

Contactée, une des porte-parole du collectif des associations de Mayotte, groupe notamment à l'origine de l'action de mardi, a indiqué que ses membres se réunissaient mercredi pour voir quelle suite donner au mouvement.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live