outre-mer
territoire

Le Medef de Mayotte interpelle Macron sur une zone franche sociale et fiscale totale

économie
Le Medef de Mayotte interpelle Macron sur une zone franche sociale et fiscale totale
Thierry Galarme, président du Medef Mayotte et Emmanuel Macron
Le président du Medef Mayotte a demandé à Emmanuel Macron de réitérer et préciser ses engagements sur l'instauration de Mayotte en zone franche sociale et fiscale totale pour une durée de 10 années. 
Thierry Galarme a adressé un courrier à Emmanuel Macron, arrivé en tête du premier tour des élections présidentielles, pour lui rappeler ses engagements pour le 101e département français.

"Le 26 mars, à Mayotte, vous avez annoncé dans votre discours deux engagements forts de votre programme. L'un que je défends avec vigueur (...) l'instauration de Mayotte en zone franche sociale et fiscale totale pour une durée de 10 années. L'autre, un plan d'investissements de 1 milliard d'euros pour les Outre-mer avec deux priorités que sont pour vous La Guyane et Mayotte", souligne Thierry Galarme.
 

La situation de Mayotte "est comparable avec celle de la Guyane"

Mais Thierry Galarme note que dans une Lettre ouverte pour Mayotte envoyée fin avril par Emmanuel Macron la mention de la zone franche a disparu au profit de celle d'"emplois francs" à destination de "144.000 Mahorais" en quartiers prioritaires de la politique de la ville.

"Nous vous demandons donc de réitérer et de préciser les contours de vos promesses", insiste-t-il. Il souligne que la situation de Mayotte "est comparable avec celle de la Guyane, et parfois pire encore (...) Les taux catastrophiques de chômage, de violence et de pauvreté de nos deux collectivités sont aujourd'hui similaires et tout aussi inacceptables", ajoute-t-il.
 
"Pour Mayotte en 2018, ce sera la zone franche ou la mort de l'économie de notre île", affirme le responsable du Medef, qui déplore également les bouleversements annoncés au 1er janvier 2018 avec l'adoption d'un Code du travail de droit commun métropolitain inadapté, selon lui, aux réalités mahoraises.
Publicité