outre-mer
territoire

Messe 11 novembre: "Il faut changer notre relation à la Terre", Mgr Lafont, Evêque de Cayenne

religion
Messe antillais-guyanais Saint Sulpice à Paris
©JMM
La messe du 11 novembre des catholiques et guyanais de l'hexagone a été cette année l'occasion de prendre la défense de la Terre 15 jours après la clôture du synode sur l'Amazonie. "On abuse de la Terre pour le profit de quelques-uns", a déploré Mgr Emmanuel Lafont, Evêque de Cayenne. 
Traditionnel dans l’habitude mais plus moderne dans le discours ! Le rassemblement annuel des catholiques antillais et guyanais de l’hexagone en l’Eglise Saint-Sulpice à Paris a pris ce 11 novembre 2019 une tournure plus "politique", 15 jours à peine après la fin à Rome du synode sur l’Amazonie auquel participait une demi-douzaine de chrétiens guyanais. Et pour cause : les 3 évêques ont dû expliquer aux milliers de fidèles les décisions prises à Rome avec les conséquences dans leur vie quotidienne.

Le reportage à l’Eglise Saint-Sulpice de Jean-Michel Mazerolle et Emmanuel Gire Le synode sur l’Amazonie qui s’est tenu durant 3 semaines à Rome en octobre dernier était au coeur de cette célébration. 15 jours après sa clôture, c’est tout naturellement l’évêque de Guyane qui participait à ce grand séminaire auprès du Pape qui a tenu à en partager les grandes thématiques avec les quelques 5 000 fidèles venus de toute la France. Une catéchèse avant la messe où il a été beaucoup question de la préservation de la nature et l’environnement. 
 

Nous avons tous quelque chose à faire, nous avons à nous convertir à une autre façon d'entrer en relation avec la Terre, avec les biens de la terre, avec ce qui nous appartient, de telle sorte que tout le monde puisse profiter de la Terre, sans l'abuser comme c'est le cas actuellement, on abuse la Terre pour le profit de quelques-uns seulement   
Mgr Emmanuel Lafont, Evêque de Cayenne


Ecologie, mais aussi changements des modes de consommation, notamment vis-à-vis des smartphones, dénonciation de l’obsolescence programmée des appareils électro-ménagers, nécessité de partager et de lutter contre les exclus... Ce rassemblement traditionnel du 11 novembre à Saint-Sulpice a été l'occasion pour les trois évêques de revenir sur les résolutions du synode sur l’Amazonie. 
 

Arrêtons de penser argent, fric, consommation et travaillons l'amour, la solidarité c'est sa qui a construit nos peuples. C'est une question de vie ou de mort.  
Mgr David Macaire, Archevêque de Saint-Pierre et Fort de France


Pas un mot, en revanche, sur l’ordination des hommes mariés et la reconnaissance de ministères pour les femmes, les autres demandes fortes du synode. Ces sujets divisent dans l’Eglise catholique. Pour les évêques des Antilles-Guyane, comme pour les fidèles, le rassemblement du 11 novembre doit rester un lieu et un temps de fraternité et d’unité.
 

Ce rendez-vous à Saint-Sulpice permet chaque année de faire le lien très profond entre les trois diocèses de Martinique, Guyane et Guadeloupe avec les ultramarins antillais, guyanais qui sont ici. Ils viennent à notre rencontre et nous venons à leur rencontre. C'est un très beau symbole. 
Mgr Jean-Yves Riocreux, Evêque de Basse-Terre et Point-à-Pitre


Reste à voir maintenant comment ces catholiques de l’hexagone traduiront en acte et au quotidien les recommandations des membres du Synode que les évêques ont relayé ici à Paris dans cette Eglise Saint-Sulpice. 

 
Publicité