publicité

Le mouvement #metoo s'invite au Fespaco, des femmes africaines et antillaises témoignent

A Ouagadougou où se tient le festival du film panafricain, l’actrice burkinabé Azata Soro a raconté pour la première fois son agression par un réalisateur programmé dans le festival. D’autres, comme les Guadeloupéennes Mariette Monpierre et Nathalie Vairac ont également parlé.

© Tessa Grauman
© Tessa Grauman
  • Tessa Graumann
  • Publié le , mis à jour le
En larme, le visage le visage barré par une vilaine cicatrice Azata Soro raconte : "après l’attaque, ils ont nettoyé le sang et ils ont repris le tournage". Les faits se sont passés en septembre 2017 et l’auteur de l’attaque est nommé : il s’agit du réalisateur burkinabé Tahirou Tasséré Ouédraogo.
© Tessa Grauman
© Tessa Grauman

L’actrice est venue témoigner in extremis à une table ronde sur la place des femmes dans le cinéma, organisée par le Collectif des cinéastes non alignées, programmée dans le cadre du Fespaco. Au même moment, celui qui l’avait défigurée à coups de tesson de bouteille voyait sa série de télévision projetée dans une des salles du festival.
 

"Si tu veux du boulot, il faut que tu couches"

La table ronde avait démarré deux heures plus tôt en présence de professionnelles du cinéma, comme les actrices Aïssa Maïga et Nadège Beausson-Diagne, et de la réalisatrice guadeloupéenne Mariette Monpierre. Mais la conférence, qui se voulait un simple état des lieux sur le cinéma fait par les femmes, s’est soudainement transformée en exutoire sur les violences subies par les femmes dans ce milieu.
La réalisatrice guadeloupéenne Mariette Monpierre © MARCO LONGARI / AFP
© MARCO LONGARI / AFP La réalisatrice guadeloupéenne Mariette Monpierre

"Je ne vais pas donner de nom mais dans les relations que j’ai avec des réalisateurs, on s’attend à ce que les femmes écoutent, mais pas qu’elles commandent", dit Mariette Monpierre, dont la série "Une Guadeloupéenne à New-York" est programmé au Fespaco. "Si tu veux du boulot il faut que tu couches", s’est elle aussi entendue dire un jour par un réalisateur.
 

Un appel à boycotter Tahirou Tasséré Ouédraogo

Dans le public Nathalie Vairac, comédienne indo-guadeloupéenne qui vit aujourd’hui à Dakar abonde. "Si on est femme noire, on est doublement l’objet d’un fantasme. À Paris, un réalisateur m’a demandé si l’on allait finir par coucher ensemble. Face à mon refus il m’a dit 'si cela ne se passe pas tu peux oublier toute ta carrière dans le cinéma'."
L'actrice Nathalie Vayrac © Tessa Grauman
© Tessa Grauman L'actrice Nathalie Vayrac

Après cela, Nathalie a fui les tournages et s’est lancée dans une carrière dans le théâtre. Mais 27 ans plus tard, elle a choisi de reprendre son destin en main et se lance dans un projet cinématographique à Dakar. De leur côté, les comédiennes Aïssa Maïga et Nadège Beausson-Diagne ont lancé un appel public à boycotter le réalisateur Tahirou Tasséré Ouédraogo au Fespaco.

Regardez le reportage de Nathalie Sarfati et Mourad Bouretima au Fespaco :
#Metoo au Fespaco

Reportage audio grand format

Ecoutez le reportage audio grand format de Tessa Grauman (France Ô radio) :

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play