outre-mer
territoire

Mozambique : poursuites en justice dans un scandale de pots-de-vin de 2 millards de dollars

justice
Maputo
Vue aérienne de Maputo, capitale du Mozambique. ©ADRIEN BARBIER / AFP
Le Mozambique a finalisé les accusations retenues contre une vingtaine de personnes, dont le fils de l'ancien président Armando Guebuza, dans un scandale financier d'un montant de 2 milliards de dollars, a annoncé le procureur général.
"Le ministère public a inculpé les 20 prévenus des crimes de corruption, association de malfaiteurs, chantage, malversations, blanchiment d'argent, abus de pouvoir ou de fonctions, falsification de documents, violation des règles de gestion financière", selon un communiqué diffusé jeudi soir. Sur les 20 personnes officiellement inculpées, 10 ont été arrêtées dont une a été libérée sous caution.

Le gouvernement avait contracté des prêts secrets, d'un montant total de 2 milliards de dollars (1,76 milliard d'euros) entre 2013 et 2015 pour financer une flotte de pêche au thon et un projet de surveillance maritime. Lorsqu'il est apparu que le gouvernement avait emprunté l'argent en secret, le Mozambique, qui dépend de l'aide internationale et est l'un des pays les plus pauvres du monde, a été précipité dans la pire crise financière de son histoire, les donneurs ayant suspendu leur aide.
 

Le fils de l'ex président emprisonné

Depuis février, au moins dix personnes dont Ndambi Guebuza, fils de l'ex président Armando Guebuza, Inês Moiane, ancienne secrétaire privée d'Armando Guebuza, et Gregorio Leao, ancien chef des services de sécurité nationale, sont détenues en raison de leur rôle présumé dans le scandale.
    
L'ancien ministre des Finances Manuel Chang est détenu en Afrique du Sud depuis décembre à la demande des autorités américaines, accusé d'avoir touché 17 millions de dollars de pots-de-vin. L'avocat de la famille Guebuza, Alexandre Chivale, a déclaré à l'AFP que le maintien en détention de Ndambi Guebuza et d'Inês Moiane était illégal car la période de détention préventive de quatre mois sans inculpation formelle est arrivée à échéance le 25 juillet. Il a indiqué avoir saisi la Cour suprême pour qu'ils soient "immédiatement libérés parce que leur arrestation est illégale".
Manuel Chang
Manuel Chang, l'ancien ministre des finances, est détenu en Afrique du Sud depuis décembre. ©Wikus DE WET / AFP

Le Mozambique est impliqué dans deux autres dossiers à Londres : il a lancé des poursuites contre trois employés du Credit Suisse et deux employés du constructeur naval Privinvest, dont son dirigeant le Franco-Libanais Iskandar Safa. La justice sud-africaine doit annoncer mardi prochain si M. Chang sera extradé vers les Etats-Unis ou le Mozambique qui se disputent son extradition.
 
Publicité