[Reconfinés] Naigre et Monpierre, deux basketteuses guadeloupéennes épargnées pour l’instant par le reconfinement

basket-ball la guadeloupe
Élodie Naigre et Océane Monpierre.
Portrait croisé des deux basketteuses guadeloupéennes Élodie Naigre et Océane Monpierre.
Jusqu’à nouvel ordre, le sport professionnel peut continuer sa route. Pas d’arrêt des compétitions comme en mars dernier. Une bonne nouvelle pour les deux basketteuses guadeloupéennes Élodie Naigre et Océane Monpierre. Même si une grande incertitude demeure.
Ce samedi 31 octobre, ce devait être la fête. Une fête sportive à Landerneau où le club d’Élodie Naigre recevait La Roche Vendée, l’équipe d’Océane Monpierre. Une fête également d’anniversaire car Océane avait vingt ans ce jour-là. Tout pile. Vingt bougies que la Guadeloupéenne comptait souffler à l’issue de la rencontre avec sa copine Élo. On n’a pas tous les jours vingt ans comme dit la chanson…

Sauf que le match de championnat a finalement été reporté. Avant même les annonces gouvernementales sur le reconfinement généralisé. Trois joueuses bretonnes ayant été contrôlées positives au Covid-19, le protocole sanitaire (qui en est à sa douzième version) a imposé le report de la rencontre. Sine die. Océane Monpierre est donc restée à La Roche-sur-Yon. La basketteuse a tout de même pu célébrer son anniversaire avec Élodie Naigre… mais en visio-conférence.

 

Adaptation à la situation sanitaire

Entraînements, match, soins, repos. Et rebelote. Ça, c’était la routine d’avant. Le coronavirus a complètement chamboulé les agendas des basketteuses professionnelles. Désormais, tous les lundis commencent par un test PCR collectif. "Je peux vous dire que notre nez n’apprécie pas trop ce rendez-vous hebdomadaire imposé", s’amuse Élodie. Les résultats arrivent dès le mardi. Avec une règle simple : si une équipe a au moins trois joueuses contrôlées positives, elle ne peut disputer son match de championnat, le week-end suivant. Report obligatoire. D’où un retard inévitable. Depuis le début de la saison, seules cinq formations sur douze ont pu disputer la totalité des cinq rencontres prévues au calendrier officiel.

Étrange période mais qui ne ressemble en rien au mois de mars dernier avec l’arrêt forcé du championnat et le confinement obligatoire des joueuses. "On s’entraîne normalement, confirme Élodie Naigre. Nous n’avons pas à nous plaindre. Nous vivons quand même de ce que nous aimons." Océane Monpierre ne dit pas le contraire. Même si le souvenir de ses vingt ans gardera un goût particulier : "C’est troublant d’avoir 20 ans et de ne pas pouvoir en profiter pleinement. Maintenant j’ai la chance d’être une basketteuse professionnelle et d’avoir une liberté de mouvement plutôt unique en ce moment. Je partage donc l’avis d’Élo : je ne me plains pas."

Surtout que sportivement parlant, la saison a plutôt bien débuté pour les équipes respectives de nos deux Guadeloupéennes. 4 matchs. 2 victoires et 2 défaites pour le Landerneau Bretagne basket d’Élodie Naigre : "C’est satisfaisant. On obtient une belle victoire à Saint-Amand et on fait trembler la solide formation de Basket Landes."
Trois sorties seulement pour La Roche Vendée Basket emmenée par Océane Monpierre. 3 matchs. 2 victoires et 1 défaite : "Notre collectif est déjà bien en place. Il y a une vraie dynamique. Je croise les doigts pour que la situation sanitaire ne vienne pas tout interrompre."
 
Voir cette publication sur Instagram

Mood ⚡️ Reprise du championnat demain !

Une publication partagée par Océane Monpierre (@enaeco_mpr) le

 

Le grand flou pour la suite

Si les sports collectifs professionnels sont autorisés à continuer leurs activités, les rencontres ne pourront avoir lieu qu’à huis clos. Une mesure supportable quelques semaines pour une équipe de foot ou de basket masculines. Cela se révèle plus compliqué pour le basket féminin. Car l’équation économique n’est pas la même. Avec des droits télé inexistants, les recettes spectateurs demeurent vitales. "Sans compter, précise Élodie que ce rendez-vous du week-end pour les supporters est très important. Une forme de sociabilisation précieuse. Un moment de libération aussi."

Alors que faire ? Se mettre en mode pause quelques semaines, le temps que la pandémie se calme ou continuer à jouer malgré tout ? "Choix cornélien, répond Océane. Le public va me manquer, c’est une évidence. Jouer devant une salle vide, ce n’est pas la même chose. Pas le même match. Mais en toute honnêteté, entre l’arrêt provisoire du championnat et le huis clos, ma préférence va au huis clos."

D’autant plus qu’une pause jusqu’en janvier annoncerait un calendrier démentiel début 2021. La Roche Vendée et Landerneau doivent débuter leur aventure en Coupe d’Europe à ce moment-là. À l’heure du Covid-19, évoquer une compétition censée débuter deux mois plus tard a tout de la voyance : "Nous sommes dans le flou complet, déplore Océane Monpierre. J’ai très envie que cette Coupe d’Europe ait lieu. Sauf qu’il y a tellement d’inconnus d’ordre sanitaire à ce jour…"
 
La basketteuse guadeloupéenne Élodie Naigre.
Élodie Naigre, l'ailière forte de Landerneau en action.
 

Le drame du sport amateur

Encore une fois, Océane et Élodie refusent de se plaindre. Leur statut professionnel leur permet de vivre de leur passion. Tout en étant relativement épargnées par la crise. Ce qui n’est pas le cas du sport amateur. Les deux basketteuses ont gardé un attachement très fort avec la Guadeloupe. Océane Monpierre a été formée au New Star de Pointe-à-Pitre. Quant à Élodie Naigre, 25 ans, elle a marqué ses premiers paniers pour la MJC Abymes. Aujourd’hui, le basket féminin semble en souffrance dans le département. "Il n’y a plus assez de clubs sur place, se désole Élodie. Il devient alors de plus en plus difficile d’être détectées. Si on pouvait expliquer aux petites filles guadeloupéennes à l’école que le basket est le plus grand sport du monde…"

De son côté, Océane Monpierre reconnaît manquer de recul pour analyser le problème. Mais la toute récente vingtenaire ose une explication : "En Guadeloupe, l’influence de la NBA est peut-être trop importante. Ce n’est pas toujours adapté au jeu français. Le jeu européen a une rigueur que le jeu américain n’a pas." Voilà qui fait sourire Élodie Naigre, son aînée : "La rigueur, le mot est lâché ! Je n’ai découvert cette dimension qu’en arrivant dans l’Hexagone pour poursuivre ma formation. Le basket est avant tout un sport de rigueur. En minimes aux Antilles, on s’entraînait trois fois par semaine. Quand vous arrivez en centre de formation, l’entraînement devient quotidien, voire bi-quotidien. Tout en assurant un suivi scolaire classique. Une autre planète."

Si les nouveaux tests PCR se révèlent négatifs lundi prochain, nos deux jeunes rigoureuses et talentueuses basketteuses guadeloupéennes retrouveront avec bonheur les parquets du championnat de France professionnel dans une semaine. Océane Monpierre et La Roche Vendée basket accueilleront Tarbes. Tandis que Landerneau Bretagne basket et Élodie Naigre se déplaceront à Villeneuve d’Ascq.
Dans les deux cas, sans le moindre supporter en tribunes. Une autre planète, là encore.
 
Océane Monpierre et Élodie Naigre.
Les deux basketteuses guadeloupéennes Océane Monpierre et Élodie Naigre gardent le sourire et le moral !
Les Outre-mer en continu
Accéder au live