publicité

Le nickel continue de grimper, la Nouvelle-Calédonie en profite

L’économie calédonienne semble en passe de sortir de la crise du nickel, souligne le dernier bulletin annuel de santé économique des territoires d’Outre-mer (IEOM). La conjoncture économique est soutenue par la reprise des cours du métal à Londres.

Acheteurs et vendeurs. Les Traders du Nickel à la bourse des métaux de Londres (LME) © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Acheteurs et vendeurs. Les Traders du Nickel à la bourse des métaux de Londres (LME)
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le
Tout un symbole. Dans le sillage de l’aluminium, le prix de la tonne de nickel progressait de 275 dollars vendredi au LME. À la bourse des métaux de Londres, le prix de l’aluminium a en effet enregistré ses meilleures performances hebdomadaires (+13 %) depuis plus de trente ans, dopé par les nouvelles sanctions imposées à la Russie par les Etats-Unis. Ces sanctions ont provoqué un mouvement de panique parmi les investisseurs, lesquels ont vendu massivement les actions de Rusal, le géant mondial de l’aluminium.

Pas de sanctions pour le nickel

La mise à l’index du producteur russe, y compris au LME, a entrainé un regain d’intérêt pour le nickel qui progresse de 6% sur la semaine et enregistre un nouveau franchissement du seuil des 14.000 dollars la tonne. Le second producteur mondial de nickel qui est russe lui aussi, n’est pas ciblé par les sanctions imposées par les Etats-Unis et sa production n’est pas concernée. La participation de Rusal dans Norilsk Nickel (Nornickel) est inférieure à 50% et n’entre pas dans le champ d’application des sanctions commerciales. Quoi qu’il en soit, le négociant Marex Spectron souligne que cette semaine, « le nickel montre une excellente performance tant en termes de prix que de volume et affiche une résilience impressionnante ». « L’or vert est le favori des investisseurs » conclu l’analyste Matt France depuis les bureaux de Marex Spectron à Shanghai.

Contexte favorable

Ce retour en grâce du nickel s'explique principalement par le calme dont font preuve les autorités chinoises, elles aussi concernées par des sanctions commerciales américaines : « Les douanes chinoises annoncent une croissance des importations fermes de métaux industriels de 14,4% sur un an au mois de mars. Les cours du nickel reviennent à des niveaux au plus haut depuis la mi-février. Le sommet depuis le début de l’année est de 14.420 dollars atteint le 15 février. 685.000 contrats électroniques ont été négociés à Shanghai ces dernières 24 heures, le plus haut volume du mois d’avril » précise Alastair Munro, analyste au LME. Les marchés font toutefois preuve de prudence en ce « vendredi 13 ». Le Metal Bulletin souligne que « les risques baissiers seraient énormes si les sanctions américaines devaient être abandonnées » d’autant que la Russie pourrait être tentée d’augmenter ces exportations d’aluminium et de nickel en Chine, son principal partenaire commercial. Mais pour l'instant, l'élan des prix du nickel se poursuit.

Super Eramet

Dans ce contexte, l’action Eramet a retrouvé son niveau le plus élevé depuis deux ans. Dans le sillage des cours du nickel, bien orientés, le producteur minier et métallurgique voit sa filiale calédonienne SLN bénéficier de la forte demande du secteur mondial de l’acier inoxydable. Eramet publiera son chiffre d’affaires du premier trimestre 2018 le jeudi 19 avril prochain.

Cours du nickel au LME vendredi 13 avril 14.040 dollars la tonne
(6,38 dollars la livre) + 2,00 %.


ERAMET [131, 50 EUR] + 2, 57%
GLENCORE [344 GBP] + 0, 47%
VALE [10, 08 USD] - 0, 46%
POSCO [76, 56 USD] - 0, 60%

.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play