Nickel : de nouvelles dégradations dans l’usine du Sud en Nouvelle-Calédonie

nickel
NICKEL
l'usine du Sud en proie aux flammes ©DR VALE-NC
De nouvelles dégradations ont été commises sur le site du grand complexe industriel calédonien. Selon l'entreprise Vale-NC, deux individus en sont à l’origine. Ils se sont enfuis à l'arrivée rapide des gendarmes. L'odeur de fumée de l'incendie était perceptible jusqu'à Nouméa.
"Les incendiaires ont allumé un feu que plus personne ne contrôle pour le moment" a déclaré à Outre-mer 1ere un cadre de l’usine de nickel, sous couvert d’anonymat. Et cet ingénieur de poursuivre : "une partie des bureaux a de nouveau brulé, heureusement les pompiers sont intervenus sous la protection de la gendarmerie et ont pu sécuriser le dépôt d’hydrocarbure". Le site industriel est classé Seveso, en raison des stocks de produits chimiques et notamment d’acide sulfurique.
 
NICKEL
L''usine du Sud victime d'un incendie ©DR VALE-NC
On ignorait encore ce mardi matin à Nouméa, distante de soixante kilomètres, dans quel état se trouvaient les engins miniers restés dans la fosse de la mine de Goro. "Cependant, une grande partie de ceux des sous-traitants a été vandalisé", a précisé notre contact.


Vale communique en interne

Dans un communiqué adressé à ses salariés, reçu par Outre-mer 1ère, la communication de l’entreprise a précisé "après qu’une équipe de la mine ait pu rétablir la voie de circulation en comblant une tranchée qui bloquait l’accès à l’usine, nos valeureux collègues ont pu intervenir hier soir vers 21 heures (de Nouméa ndlr) sous la protection des gendarmes mobiles".

Et le communiqué de Vale-NC de poursuivre : "la nuit rendant difficile l’évaluation des dégâts, notamment sur le parc d’engins, nous pouvons dire que l’incendie a ravagé le stock de pneus, une partie du bâtiment administratif et une partie du magasin de l’usine".

Enfin, et selon les dernières informations disponibles, l’acte incendiaire aurait été commis par deux individus qui ont pris la fuite malgré l’intervention rapide des gendarmes mobiles chargés de surveiller et de protéger l’immense site industriel.

Le bilan s'alourdit donc pour l'usine du Sud, il était déjà évalué la semaine dernière à prés de vingt millions d'euros. Ces nouveaux dégâts pourraient retarder encore la reprise de la production et occasionner plusieurs dizaines de millions d'euros de pertes, alors que les cours du nickel ont atteint leur plus haut annuel. 

 
Usine du Sud (nickel et cobalt) Vale Nouvelle-Calédonie
Usine du Sud (nickel et cobalt) Vale Nouvelle-Calédonie