Nickel et cobalt : que contient l’accord entre Vale et Prony Resources pour l’usine du Sud ?

nickel
NICKEL
De la poudre de nickel pour les batteries électriques; L'usine du Sud en produit aussi. ©Alain Jeannin
Le groupe minier brésilien a signé l’accord de vente de l’usine du sud au consortium calédonien et suisse portant le nom de la baie du grand Sud (Prony) où se trouve le site industriel. Sauf rebondissement, la transaction avec Prony Resources doit aboutir avant le 31 mars prochain.
Le retrait de l’offre Sofinor-Korea Zinc, portée par les indépendantistes calédoniens, pendant le délai accordé après la table ronde de jeudi dernier a conduit Vale à prendre sa décision. Le géant brésilien, premier producteur mondial de fer et second producteur mondial de nickel, aurait hésité jusqu’au dernier moment envisageant une fermeture de l’usine, avant de finalement accéder à l’offre de Prony Resources, défendue il est vrai par le directeur général de Vale en Nouvelle-Calédonie, Antonin Beurrier.


Actionnariat calédonien 

L’actionnariat calédonien, potentiellement majoritaire, doit encore être finalisé, la question sera sans doute évoquée lors des discussions que doit avoir la semaine prochaine à Paris le PDG de Vale-NC Antonin Beurrier avec le négociant Suisse Trafigura.

Le consortium Prony Resources doit encore obtenir les autorisations préalables à la reprise du site industriel puis il soumettra le projet, pour information et consultation, au comité d’entreprise de Vale-NC. La transaction doit être finalisée avant le 31 mars 2021…

Aux 3000 emplois directs et indirects préservés s’ajouteraient 600 nouveaux emplois créés par le chantier et les infrastructures du grand site de stockage à sec des résidus miniers appelé "Lucy." Le site serait financé par Vale avec le soutien de l’Etat.


Trafigura de Genève

50 % du capital de la nouvelle société (Prony Resources) serait détenu par des intérêts publics et privés calédoniens. La participation publique serait assurée par les trois Provinces calédoniennes présentes au sein de la Société Minière du Sud Calédonien. L’offre initiale prévoit par ailleurs un actionnariat réservé au management et aux salariés de l’usine du Sud ainsi qu’une souscription ouverte à des investisseurs calédoniens.

Le négociant Trafigura, troisième société suisse du secteur des matières premières, dont l'intérêt pour l'usine du Sud avait été rèvélé par Outre-mer 1ère, détiendrait 25 % du capital de Prony Resources et assurerait la vente de la totalité de la production de nickel et de cobalt du site industriel et de la mine de Goro. Cette production intéresse directement les principaux fabricants européens de vénicules électriques, dont le français PSA.