Confinement : l'économie locale aurait perdu entre 27,6 et 41,9 milliards de francs CFP

économie
billets banque
©C.M
C'est une étude inédite publiée par les Comptes économiques rapides pour l’Outre-mer (CEROM) : les impacts de la crise sanitaire actuelle sur l'économie du Caillou. La période de confinement a eu des effets immédiats de pertes. L'avenir économique du pays, est quant à lui, toujours incertain. 

Cette crise sans précédent de par sa brutalité et sa nature touchant à la fois l'offre et la demande, aura des conséquences immédiates et durables sur le tissu économique et les finances publiques


C'est un constat général que font l'institut de la statistique et des études économiques (Isee), l'Agence française de développement (AFD) et l'Institut d'émission d'outre-mer (IEOM), sous la bannière du CEROM.

La Nouvelle-Calédonie subit une crise économique qui intervient dans un contexte déjà difficile ; l'économie calédonienne est en effet installée depuis plusieurs années dans une trajectoire de croissance ralentie, caractérisée par une faible création d'emplois, des finances publiques déséquilibrées ou encore une faible situation financière des entreprises. À cela s'ajoute le contexte délicat dans lequel l'année 2020 était déjà, en lien avec la tenue du deuxième référendum d'autodétermination du 6 septembre prochain. 
 

Des secteurs plus impactés que d'autres

Ce n'est un secret pour personne : le confinement a entraîné l'arrêt total de plusieurs secteurs économiques. Beaucoup ont été paralysés par la crise, comme les transports, le tourisme ou encore l'hôtellerie et la restauration. Ce sont ces secteurs pour lesquels le redémarrage économique sera le plus difficile. Le tourisme pourrait d'ailleurs durablement être affecté par une reprise très lente du tourisme international, voire par un changement des comportements. Il faut comprendre là que le secteur pourrait bénéficier du tourisme local, "dans un contexte de mobilité internationale très limité pour le moment"


La mine, touchée, peut résister

Pas d'arrêt des activités mais la production est contrainte : problèmes de débouchés, d'approvisionnement, mouvement sociaux, absentéisme... À la différence d'autres matières premières dans le monde, il n'y a pas d'effondrement des cours du nickel. Le possible redémarrage de la Chine, qui est le premier client de la Nouvelle-Calédonie, pourrait à nouveau soutenir la demande et le secteur. La baisse des cours aura cependant un effet négatif sur une situation financière déjà dégradée, à moins d'un rebond.
 

Le secteur bancaire comme pilier pour la suite

Comme le numérique ou les pharmacies, il fait partie des secteurs qui ont poursuivi leur activité. Le rôle du secteur bancaire : financer et assurer l'efficacité des mesures d'aide. Le secteur bancaire a profité d'un assouplissement monétaire pour favoriser les conditions de financement des agents économiques. 
 

Une économie qui fonctionne au ralenti

Selon les analyses, pendant la période de confinement, l'économie calédonienne fonctionnait donc de 35 à 91% de ses capacités et perdrait désormais entre 27,6 et 41,9 milliards de francs CFP. "Le taux d’activité moyen serait de 56 % et la croissance annuelle du PIB 2020 serait alors inférieure de 3,6 points à ce qu’elle aurait été si cette crise sanitaire n’avait pas existé. L’essentiel de ces pertes, mais pas la totalité, ne pourront certainement pas être rattrapées. "
PIB crise covid 19
©Isee, CEROM

Des mesures de soutien à l'économie

Afin de limiter le plus possible les impacts de cette crise sur l'économie et les ménages, le gouvernement calédonien et l'Etat ont donc mis en place différents dispositifs d'aide comme le chômage partiel, le report des échéances d'emprunt, des cotisations sociales ou encore des obligations fiscales (impôts). Si les mesures de soutien permettront d'atténuer les impacts économiques, les fondamentaux de l'économie en général seront sans aucun doute toujours fragilisés. 
schéma mesures de soutien éco
©CEROM

Les finances publiques du territoire fragilisées

Selon l'étude publiée, les finances publiques seront impactées par :

- les chutes des recettes (taxes) 
- le recouvrement des recettes décalées dans le cadre des reports de cotisation
- les dépenses supplémentaires (chômage partiel, coûts liés aux quatorzaine et aux rapatriements)
- l'endettement à travers le prêt de l'Etat 

Autant de conséquences qui vont déséquilibrer un peu plus les finances publiques pour les prochaines années à venir. 

 

Le rôle important des ménages

Les ménages calédoniens auront d'ailleurs une grande place à jouer dans la reprise de l'économie locale. Ces derniers ont été fortement fragilisés pendant les 27 jours (ou plus pour certains) de confinement : chômage partiel, suppression de poste, moins d'heures travaillées....ils ont donc moins consommé. 

Leur consommation compte en effet pour près de deux tiers du PIB. L'évolution de la consommation des ménages va à l'avenir, dépendre notamment du pouvoir d'achat et de l'évolution des prix. 
 

Savoir tirer profit de la situation

Si cette crise, tant sanitaire qu'économique, a fortement impacté le pays et notre mode de vie, on peut quand même y voir des points positifs : la révolution numérique et l'organisation du travail, qui se sont vraisemblablement développées sur le Caillou.

Pour l'Isee, c'est un processus qui sera vraisemblablement progressif et différent. À noter qu'une future étude sera publiée sur la reprise progressive de l'activité économique calédonienne. 

Retrouvez ici l'intégralité de l'étude publiée par le CEROM.