outre-mer
territoire

Olivier Serva, député de Guadeloupe, interroge le gouvernement sur le traitement des algues sargasses

mer
Olivier Serva (LREM) élu président de la délégation à l'Outre-mer
Olivier Serva, député LREM de Guadeloupe. ©1ère
Dans une question écrite, le député de Guadeloupe, Olivier Serva, interroge, jeudi 27 juillet, le gouvernement sur le traitement des algues sargasses aux Antilles-Guyane. Il demande des mesures urgentes et la reconnaissance d'une catastrophe naturelle.
Ces dernières semaines, les algues sargasses s'échouent à nouveau en masse sur les littoraux des Antilles. Un phénomène qui inquiète les élus. Olivier Serva, nouveau député de la Guadeloupe, a adressé une lettre ce jeudi 27 juillet au ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Dans son courrier, le député demande que des mesures soient prises de manière urgente concernant les effets dangereux des algues sargasses dans les outre-mer.
 

Un rapport et après ?

Olivier Serva interroge le gouvernement sur le traitement du phénomène. Il revient aussi sur le rapport interministériel réalisé sur le sujet en juillet 2016. "Ce rapport ne fait pas la lumière sur les causes scientifiques du phénomène, remarque le député de Guadeloupe. Il ne permet pas non plus d’évaluer l’ensemble des externalités négatives qui sont à la fois sanitaires, économiques et environnementales. Enfin, il a été suivi de peu d’effets".
 

"Préjudice économique"

Olivier Serva attire également l'attention du ministre sur le "préjudice économique". "Il est évalué par la CCI des îles de Guadeloupe à la somme de 4,9 millions d’euros de perte de chiffre d’affaires sur le premier semestre de l’année 2015", rappelle le député qui souhaite que le "gouvernement prenne un arrêté interministériel confirmant que l’échouage massif d’algues sargasses constitue une catastrophe naturelle". Une manière pour que les assureurs prennent en charge les préjudices des sinistrés.
Publicité