outre-mer
territoire

"On mutait les profs pédophiles dans les Outre-mer" : l'Association des maires de Guyane réagit aux propos de Ségolène Royal

politique
ségolène royal rmc
L'Association des maires de Guyane a écrit une lettre au président de la République Emmanuel Macron, suite à une interview de Ségolène Royal sur RMC. L'ex-ministre avait insinué que des professeurs pédophiles étaient "discrètement mutés" vers les Outre-mer.
L'interview date du 3 janvier mais elle suscite aujourd'hui l'indignation sur les réseaux sociaux. Interrogée sur RMC par Jean-Jacques Bourdin à propos de l'affaire Matzneff, l'ex-ministre et ambassadrice des pôles Ségolène Royal avait déclaré : "Avant on mutait discrètement les [professeurs] pédophiles et si possible dans les Outre-mer comme ça c'était loin et on n'en entendait plus parler".
 
Ségolène Royal évoquait un "tabou" sur la pédophilie dans le milieu scolaire, expliquant avoir été chargée des premières instructions à ce sujet lorsqu'elle était ministre déléguée à l'Enseignement scolaire après du ministre de l'Éducation dans le gouvernement Jospin de 1997. Elle raconte avoir subi "des menaces" alors qu'elle travaillait sur des cas de suicides d'enfants victimes d'agressions sexuelles dans le milieu scolaire : "Personne n'en parlait. Il est temps de rétablir les choses."
 

Les Outre-mer, "une autre France"

Ressortis sur les réseaux sociaux quelques semaines après leur diffusion, ces propos ont fait réagir l'Association des maires de Guyane qui a publié une lettre ouverte au président de la République ce jeudi 30 janvier :
 

L'émoi suscité par cette vidéo [...] nourrit davantage, si faire se peut, chez les Français d'Outre-mer, le sentiment d'appartenir à une autre France. Un sentiment qui ne repose plus seulement sur l'éloignement géographique et le retard structurel mais aussi, en l'espèce, de réceptacle aux déviants sexuels dont l'Hexagone chercherait à se débarrasser.
David Riché, président de l'Association des maires de Guyane


David Riché, maire de Roura et président de l'association, demande à Emmanuel Macron de s'adresse "en urgence", en premier, "à [ses] compatriotes des Outre-mer pour les rassurer quant aux vérifications judiciaires inhérentes aux professions en contact avec notre jeunesse", mais également "aux enseignants qui pourraient être injustement soupçonnés".

Les précisions de Tiziana Marone :

Ségolène Royal