outre-mer
territoire

Le plan énergie pour la Guyane signé par Ségolène Royal publiée au journal officiel

collectivité territoriale de guyane
Ségolène Royal échange avec Rodolphe Alexandre
Ségolène Royal à la clôture de la convention de Carthagène à Cayenne ©Yves Robin
En pleine crise sociale en Guyane, la ministre de l’Ecologie annonce dans un communiqué la publication au Journal officiel du plan énergie pour le département. Ce texte prévoit le développement des énergies renouvelables et l’électrification des communes de l’intérieur. 

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) avait été signée par Ségolène Royal le 17 mars dernier à Cayenne, en présence de Rodolphe Alexandre, le président de la CTG (collectivité territoriale de Guyane). Dans un communiqué la ministre précise que ce texte est donc publié au journal officiel et entre donc en vigueur.

"Formidable potentiel"

Ségolène Royal ajoute dans ce communiqué que "la transition énergétique et la croissance verte constituent une véritable perspective pour l’avenir de la Guyane, qui recèle un formidable potentiel de déploiement des énergies renouvelables".

Autonomie énergétique

Ce plan vise à l’autonomie énergétique de la Guyane en 2030 et prévoit qu’à l’horizon 2023 :

  •  la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité dépassera 85%, en s’appuyant notamment sur la valorisation des ressources hydroélectriques, solaires (dont la ministre a annoncé que le tarif d’achat serait augmenté de plus de 35 % en Guyane) et éoliennes, et sur le développement de la filière biomasse locale ;
  •  le développement des énergies renouvelables thermiques permettra d'éviter plus de 36 GWh de production électrique ;
  •  les mesures d’efficacité énergétique permettront d’économiser, chaque année, environ 150 GWh d’électricité (-17%).

Les communes de l'intérieur

Conformément à la loi de transition énergétique, la PPE comporte un volet pour répondre aux enjeux spécifiques d’électrification des communes de l’intérieur, en mobilisant prioritairement les énergies renouvelables :

  •  Le lancement d’actions d'expérimentation pour l'électrification rurale (autoconsommation, stockage, …) et d'appels d'offres pour encourager le développement de solutions locales d'électrification à partir d’énergies renouvelables à Maripasoula, Grand Santi, Régina et Papaïchton.
  • L'installation de 20 MW supplémentaires de puissance garantie dans l'Ouest d'ici 2023. Ajoutés aux 20 MW déjà installés à Saint-Laurent-du-Maroni, cela portera la capacité de production électrique à l’Ouest à 40 MW.
  • La possibilité que le gestionnaire de réseau contribue aux investissements dans les moyens de production des communes de l'intérieur sous maîtrise d'ouvrage des autorités organisatrices de la distribution d'électricité, au-delà de la part déjà financée par le fonds d'électrification rurale, dans la limite de 20 % de l'investissement total ;
  • La mise en place d'un unique syndicat mixte d'électrification en Guyane pour structurer la gestion des aides du fonds d'électrification rurale (FACE)
  • Des études sur l'extension du réseau électrique littoral à l'est jusqu'à Saint-Georges-de-l’Oyapock et sur le doublement de la ligne électrique vers Saint Laurent du Maroni.

Transport en commun en site propre

En matière de transports, la PPE prévoit la mise en place d’un projet de transport en commun en site propre et l’élaboration d’un schéma régional des infrastructures de recharge pour véhicules électriques et hybrides d’ici 2018.

La PPE publiée ce jour porte sur deux périodes (2017-2018 et 2019-2023) et sera révisée d’ici la fin de l’année 2018 pour préparer la deuxième période et prolonger la programmation jusqu’à 2028.
 
Publicité