En plein confinement, le basketteur guadeloupéen Florent Piétrus parle de son quotidien restreint et évoque son avenir radieux

basket-ball la guadeloupe
Florent Piétrus
Selfie de Florent Piétrus dans son appartement à Orléans ©Florent Piétrus
Les stars françaises du basket n’échappent pas à la règle. A Orléans, le Guadeloupéen Florent Piétrus vit confiné dans son appartement. Sa dernière saison avant la retraite sportive est peut-être déjà terminée.
Lorsqu’il s’est engagé avec le club d’Orléans en janvier, c’était pour finir en beauté. A 39 ans, il voulait vivre une dernière aventure. Jouer encore quelques matchs en Jeep Elite (l’ex Pro-A) et pourquoi pas, emmener sa dernière équipe en phases finales. Sauf que le coronavirus est passé par là. Et même si la Ligue Nationale de Basket parlait encore il y a quelques jours d’une reprise théorique le 1er avril prochain, plus personne dans le milieu du basket n’ose imaginer un retour sur les parquets avant plusieurs semaines.

Alors que faire ? Florent Piétrus est seul dans son appartement à Orléans (le reste de sa petite famille vit toujours à Strasbourg). Seul et confiné.

Ma vie en ce moment ? Je nettoie, je cuisine, j’étudie. Je ne peux rien faire d’autre ou presque. Le club d’Orléans nous a bien donné une liste d’exercices physiques mais ça ne prend pas toute la journée. Alors je nettoie. Beaucoup. Pour tuer le temps. Mon nouveau nom ? Monsieur Propre !

 
Vu sur @flopietrus
©@flopietrus


Le Piétrus quadragénaire sera multicartes

Car souvenez-vous. En période de confinement, Flo respecte son triptyque : ménage, cuisine ET études. Le Guadeloupéen suit une formation de décorateur d’intérieur. Une formation sur deux ans. Surprenant, non ? "J’ai toujours adoré ça. La mode, la décoration, le design… J’espère pouvoir un jour évoluer dans ce monde-là. Prouver que je ne suis pas qu’un basketteur".

Attention cependant, le Piétrus 2021 ne va pas couper avec le basket, sitôt les parquets quittés. S’il ne se rêve pas entraîneur, il compte bien jouer un rôle auprès des espoirs : "Je me verrais bien avec une double casquette : dans un club de basket pour former les jeunes et dans une société de décoration où je pourrais me consacrer à mon autre passion".
 
Florent Piétrus
Florent Piétrus avec Orléans, son dernier club ©Orléans basket


Drôle de fin de carrière

Voilà plus de vingt ans que le Guadeloupéen pratique le basket dans un championnat élite (qu’il soit français ou espagnol). Sa dernière pige à Orléans aurait dû se terminer par une grande fête. Mais le Covid-19 est arrivé :

Ça me fait flipper. J’ai peur. Quand tu vois le nombre de morts, ça fait froid dans le dos. J’aimerais que tout le monde prenne le confinement au sérieux. Vraiment tout le monde.


Difficile de dire si l’on reverra Florent Piétrus sur un parquet. Car il a prévenu : si le championnat professionnel ne devait pas reprendre cette saison, Florent n’insisterait pas : "Je vais bientôt devenir ce qu’on appelle un quadragénaire. Il y a un temps pour tout. J’ai vécu une belle et longue carrière. Si elle s’arrête brutalement à cause du confinement, ce n’est pas grave. Je me suis bien éclaté !"

Si Florent Piétrus met autant de passion et d’amour dans son futur métier qu’il en a mis dans le basket depuis ses débuts à Pau-Orthez en 1998, sa deuxième vie annonce bien d’autres succès.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live