outre-mer
territoire

Plus de 20 000 euros récoltés en faveur de la championne d’athlétisme Katia Benth

solidarité
Katia Benth
Les athlètes Fabienne Beret-Martinel, à gauche, Véronique Mang et Katia Benth, à droite à la lutte lors de la finale du 200m, le 22 février 2004 à Clermont-Ferrand, lors des championnats de France d'athlétisme en salle. ©THIERRY ZOCCOLAN / AFP
En tout 23 504 euros ont pu être récoltés auprès de 526 participants. Cette campagne participative a été ouverte le 26 septembre pour aider financièrement la championne d’Europe après son amputation de la jambe gauche.
23 504 euros : c'est la somme récoltée en un mois et demi et qui va permettre à Katia Benth notamment de s’acheter une prothèse de bonne qualité, de faire venir ses filles scolarisées en Guyane à Paris pour Noël. Il faudra également que Katia Benth revoie l’aménagement de son environnement à commencer par sa voiture. Elle devra en changer pour passer à un modèle automatique.
   

Les soins

Kathia Benth opérée à l’hôpital de la Pitié Salpétrière à Paris en septembre, est en ce moment en convalescence. "Elle était encore la semaine dernière à l’hôpital. Il faut attendre qu'elle cicatrise avant qu’elle puisse débuter sa rééducation" nous précise Maguy Nestoret Ontanon, à l’initiative de la cagnotte. "C’est une combattante. Elle a le moral, même si il y a des hauts et des bas dans ce genre de situation"

Kathia Benth attend maintenant de pouvoir suivre une rééducation orthopédique en région parisienne dans un centre spécialisé. A son retour de convalescence, elle retrouvera son poste de conseillère technique à la ligue d’athlétisme en Guyane.
 

Star de l’athlétisme

La Guyanaise âgée de 44 ans, a brillé à plusieurs reprises sur la scène internationale. D’abord à Budapest en Hongrie en 1998. Elle décroche le titre de championne d’Europe du relais 4x100m avec Frédérique Bangué, Sylvianne Félix, et Christine Arron. Un an plus tard, elle décroche la médaille d’argent au championnat du monde de Séville en Espagne, avec ses partenaires Muriel Hurtis, Christine Arron, et Patricia Girard.
Publicité