publicité

Polémique et accusation de racisme après de l'usage du blackface dans une émission de Cauet

Pour évoquer la femme de chambre Nafissatou Diallo, qui avait porté plainte contre Dominique Strauss Kah pour tentative de viol, un membre de l'équipe de l'animateur Cauet a maquillé son visage en noir et porté une perruque afro. Les internautes crient au racisme, le CSA s'est emparé du dossier

  • Par Maïté Koda
  • Publié le , mis à jour le
En 2011, Nafissatou Diallo portait plainte contre Dominique Strauss Kahn, l'accusant de tentative de viol. Des accusations graves, reprises à la légère deux ans plus tard (le morceau date de 2013) par le chanteur Keen'V qui revient sur cet épisode, rebaptisant la femme de chambre "Fatoumata" dans sa chanson "Elle t'a maté (Fatoumata)".
 

Peau noircie, faux seins et déhanchements

Invité mercredi 22 juin de l'émission en radio filmée  C'Cauet sur NRJ , Keen'V a donc entonné son morceau. Dès les premières notes, il a vu arriver à ses cotés Loris Giuliano, assistant de production de l'émission. Ce dernier s'était mis en tête d'incarner la fameuse "Fatoumata". Le visage grossièrement maquillé en noir, une mauvaise perruque afro sur la tête, des ballons gonflables faisant lieu de poitrine opulente.
Si en le voyant arriver ainsi affublé  le chanteur lâche un "oh merde" au micro et semble gêné par la prestation, il n'en poursuit pas moins sa chanson, pendant que l'adepte du blackface enchaîne les danses suggestives et prend des poses devant le smartphone de l'animateur Cauet.
 
keenv


La vidéo a déclenché immédiatement des réactions sur les réseaux sociaux. Nombreux sont ceux qui s'insurgent qu'en 2016, il soit encore possible d'avoir recours au blackface dans une émission à succès.

Tradition raciste venue des Etats-Unis

Né aux Etats-Unis au XIXe, le blackface est un procédé impliquant que des comédiens blancs se griment avec du cirage pour imiter les afro américains. Ils exagéraient la taille de leurs lèvres, portaient des perruques laineuses et des vêtements en lambeaux. Ainsi affublés, ils se livraient alors à une caricature des Noirs, qu’ils représentaient comme lâches, soumis, joviaux et simples d’esprits.
 

Plus de 250 signalements au CSA qui ouvre un dossier

Au-delà des réactions des internautes, pas moins de 250 signalements ont été effectués sur le site du CSA qui a déclaré se saisir du dossier. Quand à Loris Giuliano, s'il avait posé fièrement sur Twitter avec son "déguisement", il a fini par s'excuser pour "cette blague de très mauvais gout dont [il] n'avai[t] absolument pas mesuré les possibles conséquences". Le jeune homme précise "qu'il n'y avait aucune intention raciste de sa part".
 

"Ne vous trompez pas de combat"

Cauet, ilui, est revenu dans son émission du lendemain (23 juin) sur l'épisode, effectuant un distinguo entre son assistant et "les gens qui sont véritablement racistes".  "On a fait un gag, et que derrière Loris se fasse traiter de raciste… il en a beaucoup souffert (…)".
 
S'adressant ensuite aux personnes qui ont déclarées se sentir blessées par l'épisode de la veille, il s'est alors permis de les conseiller, leur reprochant de "voir le mal là ou il n'y en a pas".
"Ne vous trompez pas de combat. Attaquez-vous à des partis politiques qui sont véritablement racistes, à des gens qui chaque jour vous insultent et vous traitent de tous les noms, aux patrons de société qui ne vous embauchent pas. Ces gens là sont de vrais racistes" a-t-il poursuivi, assurant que son émission défendait depuis toujours des valeurs anti racistes. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play