outre-mer
territoire

Procès en appel du frère de Mohamed Merah : le Guadeloupéen Loïc Liber dans l'attente du verdict

justice
Palais de justice de Paris.
Palais de justice de Paris. ©LP
Le verdict sera rendu ce jeudi dans le procès en appel d’Abdelkader, le frère de Mohamed Merah. Loïc Liber, le parachutiste guadeloupéen, seul rescapé de l’attaque de Montauban en 2012, attend ce verdict.
Dans le procès en appel d’Abdelkader, le frère de Mohamed Merah, au palais de justice de Paris, les magistrats professionnels se sont retirés pour le délibéré. Loïc Liber, le parachutiste guadeloupéen, seul rescapé de l’attaque de Montauban du 15 mars 2012, est dans l’attente du verdict ce jeudi. Le matin du drame, deux autres militaires du 17ème régiment du génie parachutiste de la ville ont été tués.
 

Solidarité pour Loïc Liber

Dans la salle d’audience, une femme discrète, militaire à la retraite. Marie, ancien officier de l’armée de l’air, a répondu à l’appel lancé en mars sur un réseau social par Me Laure Bergès-Kuntz. L’avocate de Loïc Liber demandait aux militaires en activité et à la retraite d’assister au procès.

"Ça m’a fait mal au cœur quand j’ai vu qu’il n’y avait personne", explique Marie, venue à six reprises au palais de justice. "Pour Loïc et sa maman, ça doit être difficile de se replonger là-dedans. On est là pour qu’ils ne se sentent pas seuls", ajoute-t-elle.
 
Page Facebook "Livre d'or en soutien au caporal-chef Loïc Liber"
Page Facebook "Livre d'or en soutien au caporal-chef Loïc Liber". ©FB
 

"Je n'ai rien à voir"

Ce matin, la présidente de la cour d’Assises spéciale a donné la parole aux deux accusés, Abdelkader Merah et Fettah Malki. "Madame la présidente, je voulais simplement dire que je n’ai rien à voir avec les actions perpétrées par mon frère", a déclaré Abdelkader Merah, l’aîné de l’auteur de sept assassinats en 2012 à Toulouse et Montauban. Il avait été condamné à 20 ans de réclusion criminelle en novembre 2017 pour association de malfaiteurs terroriste mais acquitté de la complicité d’assassinat.

"Je voudrais exprimer mes regrets par rapport au fait que j’ai donné une arme à Mohamed et mes pensées aux victimes. Pour le reste, je ne suis pas un terroriste", ce sont les derniers mots de Fettah Malki. L’homme de 36 ans a été condamné en première instance à quatorze ans de prison pour avoir fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur.

L'avocat général a requis la perpétuité (dont 22 ans de sûreté) pour Abdelkader Merah. "Entre quinze et vingt ans de réclusion criminelle", à l’encontre du deuxième accusé, Fettah Malki. La Défense réclame elle l’acquittement. Le verdict va clore 20 jours d’audience dans ce procès en appel.
 
Publicité