outre-mer
territoire

Quand Priscillia Ludosky consacre une journée de tweets à la ministre des Outre-mer Annick Girardin

politique
Priscillia Ludosky
Priscillia Ludosky lors de l'Acte V de la manifestation des "Gilets jaunes" à Paris, le 15 décembre 2018. ©Laure Boyer/Hans Lucas/AFP
Très agacée par une critique de la ministre Annick Girardin, l’une des représentantes des Gilets jaunes, la Martiniquaise Priscillia Ludosky, avait promis une "journée consacrée à la ministre des Outre-mer". Cela a été fait vertement par tweet toute la journée de mardi.  
Tout commence samedi 20 avril. Ce soir-là, la ministre des Outre-mer s’en prend durement à Priscillia Ludosky sur Twitter : « Le discours de @PLudosky selon lequel le @GouvernementFR n'écouterait pas les Français est consternant. Le #GrandDebatNational a permis de recueillir 1,9M de contributions. J'ai reçu personnellement Mme Ludosky qui n’avait pas de revendication précise ». Avant d’ajouter : « Depuis cette rencontre, elle ne m'a adressé aucune proposition complémentaire. Le travail pour nos concitoyens et pour les #Outremer ne se limite pas à des invectives et des imprécations mais demande d'avoir un cap, une méthode et de la ténacité. #trajectoireoutremer 5.0. » « Attaque pathétique, ma réponse ne tardera pas », lui retourne Priscillia Ludosky le lendemain, également sur Twitter.
 
Mardi 23 avril, Priscillia Ludosky annonce une « journée consacrée à la ministre des Outre-mer », « à qui je n'ai rien communiqué de ‘précis’ », ironise-t-elle, avant d’effectuer un premier « rappel à sa mémoire : Focus SARGASSES : Sinistre écologique et sanitaire », avec un lien sur sa page Facebook comprenant effectivement une série de propositions, comme, notamment, « obtenir l'état de catastrophe naturelle », prendre en charge « la prévention par la surveillance des eaux territoriales : tracer ces algues lorsqu’elles sont en haute mer et déterminer les endroits où elles sont susceptibles d’échouer. Puis les stopper à l’aide de barrières flottantes comme cela est pratiqué en Floride », et opérer le « ramassage sans délai et la mise en sécurité des rivages. Avec équipements adéquats », etc.

Dès lors, au cours de la journée, Priscillia Ludosky (@PLudosky) va envoyer une salve d’une cinquantaine de tweets à l’attention de la ministre, en forme de rappels dont certains pointent vers des solutions concrètes et détaillées. « Focus chlordécone », « prix du foncier et de l’immobilier à la Martinique », « pouvoir d’achat et conditions de vie » en Guadeloupe, « concurrence, les droits des consommateurs et du commerce de proximité » en Martinique, etc.
 
« On dit que l’amour rend aveugle, certainement que votre allégeance ne vous a pas permis de lire les documents que je vous ai remis personnellement, publiquement et filmé en direct, reprenant les revendications clairement rédigées des Gilets Jaunes de qq #OutreMer », poursuit Priscillia Ludosky, avant de demander à la ministre : « Les documents qui vous ont été remis lors de notre rencontre, les résultats des Assises, et autres consultations ne suffisent donc pas ? Que vous faut-il d’autre pour que vous puissiez faire ce pour quoi vous êtes en poste ? » 
Au moment où nous publiions cet article, Annick Girardin n’avait pas encore répondu à Priscillia Ludosky. 

 
Publicité