Les quatre faits marquants Outre-mer du second tour de la primaire de la gauche

politique
Benoit Hamon
©Simon Guillemin / Hans Lucas
Que retenir du second tour de la gauche dans les Outre-mer ? Si Benoit Hamon l'a emporté au niveau national, c'est Manuel Valls qui est arrivé en tête dans presque tous les Outre-mer, à l'exception de La Réunion et la Polynésie. Quatre enseignements à retenir.

1. Manuel Valls est défait, mais soutenu par les Outre-mer à 56,2%

Manuel Valls se rendra à Saint-Pierre et Miquelon le 15 octobre
Le Premier ministre, Manuel Valls, à l'île de Groix, le 1er octobre. ©LOIC VENANCE / AFP

Au plan national, la victoire de Benoit Hamon est nette et sans bavure: 58,7%, contre 41,3% pour Manuel Valls. Mais l'ancien Premier ministre est pourtant sorti largement en tête dans la plupart des départements ou collectivités d'Outre-mer : 
  • 86% à Mayotte
  • 85% en Nouvelle-Calédonie
  • 75% à Saint-Pierre et Miquelon
  • 75% en Guadeloupe
  • 68% en Martinique
  • 53% en Guyane

Benoit Hamon l'emporte dans deux Outre-mer :
  • 63% à La Réunion
  • 52% en Polynésie
Au regard du nombre relativement important de votants à La Réunion, le résultat sur l'ensemble des Outre-mer est plus serré, comme le montre ce graphique :
Résultat global du second tour de la primaire de gauche (en nombre de voix)
Create pie charts

Globalement, Outre-mer, Manuel Valls l'emporte avec 56,2% contre 43,8% à Benoit Hamon.


2. Une participation faible Outre-mer

Au plan national, la barre des 2 millions d'électeurs a été franchie pour ce second tour. Mais Outre-mer, la participation est faible, particulièrement en Polynésie (256 votants) et en Guyane (596 votants). La primaire de la gauche a nettement moins mobilisée que celle de la gauche dans les Outre-mer, qui ont pourtant massivement voté pour François Hollande en 2012 et les représentants de gauche lors des législatives de 2012.
Nombre de votants dans les Outre-mer aux primaires en vue de la présidentielle 2017
Create column charts


3. Que vont faire les élus ultramarins "Vallsistes" ?

Manuel Valls et ses soutiens ultramarins
Manuel Valls et ses soutiens ultramarins ©William Kromwel

A gauche, la plupart des élus ultramarins avaient appelé à soutenir Manuel Valls lors de cette primaire. A commencer par la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts. C'était aussi le cas de Victorin Lurel, Serge Letchimy, ou Georges Patient. Après la victoire de Benoit Hamon, que vont faire les "Vallsistes" ? Vont-ils se rallier au candidat désigné, ou rejoindre le camp d'Emmanuel Macron. Leurs choix auront également de vraies répercussions sur les élections législatives qui suivront la présidentielle. 

A l'inverse, les élus qui ont soutenu Benoit Hamon dans les Outre-mer sortent renforcés de cette primaire. C'est le cas du député-maire de Saint-Joseph, à La Réunion. Patrick Lebreton avait soutenu Arnaud Montebourg au premier tour et s'est rallié à Benoit Hamon au second tour. Ce dernier doit sans aucun doute sa victoire réunionnaise à l'élu sudiste. 

4. Quelles propositions de Benoit Hamon pour les Outre-mer ?

Si Manuel Valls est bien connu Outre-mer, où il s'est rendu à de nombreuses reprises comme ministre de l'Intérieur puis Premier ministre, Benoit Hamon y a effectué beaucoup moins de visite officielle. Maintenant qu'il est le candidat désigné de la gauche socialiste, il va devoir réussir à s'implanter dans les Outre-mer.

Avant la primaire, Benoit Hamon s'était très peu exprimé sur les Outre-mer. C'est le jeune Martiniquais Valentin Narbonnais, 23 ans, son porte-parole pour les Outre-mer, qui avait rédigé les grandes lignes de son programme ultramarin, publiées à deux jours seulement du premier tour.  

Les Outre-mer en continu
Accéder au live