Quel bilan neuf mois après le lancement du plan Sécurité Outre-mer ?

sécurité
securite
Une conférence nationale s'est ouverte ce lundi 6 mars au ministère des Outre-mer en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve. ©CB
Une conférence nationale s'est ouverte lundi 6 mars au ministère des Outre-mer en présence du Premier ministre. Situation en Calédonie, lutte contre le trafic de stupéfiants aux Antilles, immigration à Mayotte : l'objectif est de faire le bilan du plan Sécurité Outre-mer lancé en juin 2016.
Une conférence nationale de sécurité outre-mer s'est ouverte ce lundi 6 mars au ministère des Outre-mer, à Paris. En présence d'élus des Outre-mer et de la ministre Ericka Bareigts, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a tenu le discours d'ouverture de cette conférence. Bloqué à Mayotte en raison des conditions météo, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux, n'a pas pu se joindre à la conférence. 

L'objectif de cette matinée est de dresser le bilan du plan Sécurité Outre-mer, lancé juin en 2016. Dans son discours d'ouverture, le Premier ministre a d'abord tenu à rappeler que "les outre-mer n'ont cessé d'être une priorité gouvernementale".

Immigration clandestine à Mayotte

"La gouvernance des dispositifs de sécurité intérieure a ainsi été perfectionnée partout outre-mer ces derniers mois, a d'abord affirmé Bernard Cazeneuve. Les moyens humains et matériels de la police et de la gendarmerie nationale ont fait l’objet d’efforts inédits et très significatifs, qualitativement et quantitativement".

Selon Bernard Cazeneuve, ces "efforts" ont été concentrés dans les territoires qui connaissent les difficultés les plus grandes. "A Mayotte, pour lutter à la fois contre l’insécurité et l’immigration clandestine, 62 agents de Police et 52 gendarmes ont été affectés. Une antenne du GIGN y a été créée", a-t-il rappelé.

Lutte contre le trafic de drogue

"En Guyane, des renforts ont également été acheminés. La Zone de Sécurité Prioritaire a été officiellement lancée à Saint-Laurent du Maroni vendredi dernier. Une antenne de l’OCRTIS a vu le jour au second semestre de 2016 (…), a détaillé le Premier ministre. Je sais aussi qu’en Guadeloupe, à Saint-Martin et dans une moindre mesure en Martinique, la situation reste difficile par exemple dans la lutte contre les trafics de stupéfiants ou l’insécurité routière même si des signes encourageants sont perceptibles".

Bernard Cazeneuve a également souligné que les outre-mer n'étaient pas "épargnés par les phénomènes de radicalisation", notamment à La Réunion et Mayotte.

La situation en Nouvelle-Calédonie

Le Premier ministre a ensuite évoqué la situation en Nouvelle-Calédonie et notamment à Saint-Louis. "La mort d’un jeune homme de 23 ans est toujours un drame et je comprends bien sûr la souffrance de la famille. Pour autant, rien ne peut justifier que l’on tire sur des Gendarmes qui accomplissent courageusement leur mission avec beaucoup de sang-froid dans un contexte très difficile", a dit le Premier ministre qui a rappelé que "53 policiers et gendarmes ont été affectés ou sont en cours d’affectation sur le territoire". "Une brigade de prévention de la délinquance juvénile va être créée très prochainement en Nouvelle-Calédonie", a-t-il également annoncé.

Table ronde, réunions thématiques, présentation des services de lutte contre le trafic de stupéfiants, la conférence nationale de sécurité outre-mer va se poursuivre toute la matinée avant une conférence de presse à 12h15 (heure de Paris).

►Reportage complet sur la conférence et réactions des élus d'Outre-mer (Cécile Baquey La1ère.fr):