Rhums de Martinique et de Guadeloupe : une notoriété internationale de New-York à Tokyo

industrie
La bouteille de rhum la plus chère du monde a trouvé preneur
©PATRICK KOVARIK / AFP
Les amateurs de rhum n’ont pas manqué le salon Rhum Fest qui se tenait ce week-end à Paris. Le précieux breuvage trouve son origine dans les plantations de canne à sucre de Martinique et de Guadeloupe. Le rhum contribue à la notoriété de la France à l’étranger.
Les producteurs de Martinique et de Guadeloupe sont confrontés à une forte hausse de la demande. Ils multiplient les investissements pour valoriser la maîtrise de la filière, des plantations aux distilleries.

Les rhums des Antilles françaises sont issus des meilleures terres de Martinique et de Guadeloupe. Il faut penser ces rhums comme des grands vins. Qu’ils soient blancs ou bruns, le terroir, la géologie et le climat donnent à la canne à sucre puis aux rhums, leurs parfums incomparables et leur goût. Les savoirs-faire centenaires accumulés en Martinique et en Guadeloupe pour les Rhums agricoles sont uniques.

Demande croissante du marché 

Aujourd’hui, les producteurs doivent répondre à la demande croissante du marché (+ 7% en 2016). Le rhum est le spiritueux qui progresse le plus fortement en France dont il représente 9,5% de la consommation. Pour suivre cette croissance, le groupe martiniquais Saint-James de la société La Martiniquaise a procédé à de nombreux investissements pour sécuriser ses approvisionnements, produire écologique et répondre à la demande. « Nous avons mis en place tout un système de recyclage des déchets et d’économie d’énergie pour produire un Rhum agricole naturel et de très haute qualité » précise Michel Fayad, directeur du musée du Rhum Saint-James de Sainte Marie.


Ainsi, le Rhum agricole nécessite une filière d’approvisionnement spécifique. En Martinique et en Guadeloupe, les producteurs s’approvisionnent en canne à sucre locale. Et le réseau des planteurs s’est lui aussi étoffé : en 2012, 75 planteurs livraient des cannes à sucre au groupe BBS, soit environ 8.000 tonnes. Aujourd’hui, 80 planteurs fournissent 13.000 tonnes de canne à BBS, indique le quotidien l’Usine Nouvelle. Les Rhums français ont fait de longue date le pari d’une qualité incomparable. En Martinique, ils ont obtenu l’appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis 1996, un atout France pour affronter la concurrence mondiale.

Appellation d'origine contrôlée 

En Martinique où la totalité de la production est en appellation d’origine contrôlée, la tonne de canne peut monter à 100 euros, contre environ 18 euros au Brésil : « Nous optimisons nos coûts de production et notre qualité. Les rhums vieux par exemple plaisent de plus en plus et se situent aujourd’hui dans une niche de produits haut de gamme. Les rhums antillais sont aujourd’hui distribués dans plus de 50 pays au monde, on les trouve aussi bien à New-York, Moscou ou Tokyo. Dans tous ces pays, ils représentent la Guadeloupe et la Martinique et donc la France, dans le monde" conclut Michel Fayad.

Le rhum est également un important moyen de promotion du tourisme. La visite des distilleries et des champs de canne par les vacanciers en Martinique, attirent plusieurs centaines de milliers de visiteurs chaque année. Le salon Rhum Fest qui se tenait à Paris a confirmé l’engouement pour le "breuvage intense" issu du terroir des Antilles françaises. Le rhum est à consommer toutefois avec modération.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live